Eurovision : polémique autour de l'interdiction de plusieurs drapeaux

A deux semaines de sa programmation à la télévision, voici une polémique dont l'Eurovision se serait bien passé. En effet, si d’ordinaire ce sont les participants eux-mêmes qui défraient la chronique, cette fois, le scandale est politique. En cause : la diffusion d'un document interdisant plusieurs drapeaux.

Samedi 14 mai sera diffusée en direct de l’Ericsson Globen Arenala la 61e édition de l’Eurovision. Et c'est la chanteuse Laura Tesoro qui aura la lourde tâche de représenter la Belgique au concours. Seulement voilà, force est de constater que depuis la création du show en 1956, la manifestation musicale européenne a toujours baigné dans une ambiance de controverse. Transsexualité, coup monté, plagiat ou encore suspicions sur l'attribution des points… L'Eurovision a très souvent dépassé le cadre du simple concours de chant pour glisser sur le terrain des scandales en tout genre.

Et cette année, c’est la révélation par erreur d’un document des organisateurs du grand concours qui entache le programme. En effet, celui-ci évoque l'interdiction de drapeaux qui ne sont pas l'étendard arc-en-ciel des homosexuels, celui de l'Union européenne ou ceux des Etats membres des Nations-Unis. Quelques exemples d’emblèmes indésirables pendant la cérémonie : Kosovo, Crimée, Pays basque, Corse, Palestine, Chypre du Nord, Etat islamique… Tout comme ceux présentant des messages publicitaires ou des phrases dans une autre langue que l'anglais. Rappelons que les spectateurs présents au spectacle sont pourtant autorisés à apporter des bannières.

La colère monte autour de la planète

Du coup, ce mélange des genres a eu pour conséquences de fâcher quelques intéressés. A ce titre, l'Espagne est montée au créneau afin de dénoncer la décision de l'Eurovision. Le drapeau blanc-vert-rouge des basques est "constitutionnel, légal et légitime et le gouvernement espagnol le défendra", a réagi la vice-présidente du gouvernement espagnol Soraya Saenz de Santamaria. Même réaction en Corse, où le mouvement de la Ghjuventu indipendentista, interrogé par Le Parisien, a estimé que "la pire des choses est que notre drapeau soit placé au même rang que celui des terroristes de l'organisation Etat islamique". Enfin, ce sont les Palestiniens qui ont dénoncé par la voix du numéro deux de l'OLP, Saëb rakat, une "décision honteuse, totalement partiale et inacceptable", exigeant même "son annulation immédiate".

De son côté, l'Union Européenne de Radio-Télévision (UER) n’a pas hésité a "présenter des excuses", tout en soulignant que ce document n'était qu'un brouillon. "C'est une liste non exhaustive de drapeaux non autorisés. (…) La politique en termes de drapeaux ne vise aucun territoire ou organisation et ne prétend pas les mettre au même niveau", a ainsi expliqué un porte-parole des organisateurs à l'AFP. A noter que depuis cet incident, ces règles en matière de drapeaux ont été retirées du site internet du gestionnaire de salles de spectacles Globe Arena, ainsi que du site de la billetterie en ligne AXS.

Enfin, les services de sécurité suédois ont exprimé leurs inquiétudes concernant le concours de l'Eurovision en tant que cible potentielle d'une attaque terroriste. D'après le Daily Mail, les organisateurs de la manifestation ont en effet rencontré la police pour renforcer leur collaboration autour de l'événement. La raison ? Le Sapö, les services de sûreté de l'Etat suédois, ont reçu des informations inquiétantes de leurs homologues irakiens…

Gabrielle

Experte des medias et passionnée par l’audiovisuel, Gabrielle a débuté sa carrière en tant que spécialiste numérique pour une chaîne de télévision francophone. Sa curiosité et son sens du décryptage l’ont ensuite amenée à collaborer aussi bien au sein de rédactions web qu’avec les plus grandes sociétés de production. Fouineuse impénitente et collectionneuse d'informations exclusives, comme elle se qualifie elle-même, la jeune femme a aujourd’hui décidé de partager avec les internautes ses indiscrétions cathodiques. Sa spécialité ? La télé réalité ! Gabrielle est friande de ces petits potins croustillants qui font des candidats des célébrités que l’on déguste chaque jour sur le petit écran. Sur Skynet Films & TV, c’est donc elle qui vous proposera chaque semaine des chroniques sur vos séries et émissions de télé-réalité préférées. Son leitmotiv : "Ne zappez pas" !

Cet article me rend ...
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans