Défilé de stars au Festival du film de Marrakech

Surnommée la Ville Rouge, Marrakech a déroulé son tapis rouge pour accueillir Isabelle Huppert, Elsa Zylberstein, Céline Sallette ou encore Fanny Ardant à l'occasion de la seizième édition de son Festival du Film International. Proximus y était !

Le réalisateur néerlandais Paul Verhoeven a fait son baptême du festival de Marrakech cette année, en présentant son dernier film intitulé Elle, dont Isabelle Huppert tient le premier rôle.
En parallèle, il a été accueilli chaleureusement par le public, réuni en masse sur la célèbre place Jemaa El Fna. Les Marrakchis ont a assisté à la projection à ciel ouvert de son film RoboCop, près de trente ans après sa sortie. Le réalisateur de Basic Instinct a également partagé son expérience en donnant une master class en compagnie de Paul Haggis (Collision, Dans la vallée d'Elah).

Le palmarès

Composé de professionnels du cinéma, dont notamment la Québécoise Suzanne Clément et le Français Bruno Dumont, le jury a départagé les quatorze films en compétition. Cinq prix ont été remis, dont l'Étoile d'or qui a été attribuée au film The Donor, première réalisation du Chinois Zang Qiwu.
King of the Belgians, le seul film belge en compétition officielle cette année est malheureusement reparti bredouille. Le Belge Stephan Streker y a quant à lui présenté son dernier film, Noces, dans la section des Coups de coeur.

Comme au festival

À cette occasion, Proximus TV fait écho au Festival de Marrakech en mettant à l'honneur Bruno Dumont (avec son dernier film Ma Loute), Isabelle Huppert (Elle de Paul Verhoeven, L'Avenir de Mia Hansen-Løve et Plus fort que les bombes de Joachim Trier), le Belge Stephan Streker (avec son précédent film Le Monde nous appartient) et Fanny Ardant (Roman de gare de Claude Lelouch).
Tous ces films sont actuellement disponibles dans le catalogue à la demande de Proximus TV.
Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans