“Mindhunter”, dans la tête des tueurs en série

« Ce n’est pas facile de massacrer des gens », confie un psychopathe à un membre du FBI. Il vient de découper sa mère en morceaux. Est-ce qu'on naît criminel ou on le devient? Comment peut-on devancer les fous si on ne sait pas ce qu’ils pensent ? Telles sont les questions centrales de “Mindhunter”, une série originale Netflix qui explore les débuts de la criminologie moderne.

Crimes en séquences
Retour dans les années septante aux Etats-Unis, à l’époque où les analyses ADN et l’expression « tueur en série » n’existent pas. Holden Ford (Jonathan Groff) et Bill Tench (Holt McCallany), deux agents du FBI, sont chargés de former leurs équipes afin de résoudre d’horribles crimes sexuels. Pour comprendre les agissements de criminels, Holden et Bill étudient leur état psychique à travers leurs révélations en prison. En se mettant à l’écoute du tueur, les enquêteurs parviennent à sonder leurs sombres fantasmes et cherchent des indices dans leur histoire familiale. Très vite, il apparait que dans l’enfance de ces pervers, il est souvent question de frustrations, de mère abusive, de père absent et d’enfant maltraité placé dans une institution d’où il sortira plus dangereux que jamais.

L’anti « Experts »
Contrairement aux séries criminelles comme "Les Experts" (NCIS) ou "Esprits criminels" qui inondent nos écrans, “Mindhunter” prend le temps d’installer le décor et de poser les questions de fond, avant d’élaborer une méthodologie pour la police criminelle. En se déplaçant sur le terrain, en formant les policiers, en les aidant à comprendre comment fonctionnent les tueurs, Holden et Bill font avancer la recherche scientifique et établissent des profils type. Au départ, le duo ne dispose que de faibles moyens et d’un soutien minime, jusqu’à ce que Wendy Carr, Docteur en psychologie criminelle (Anna Torv) s’intéresse à eux. Comment parler à ces tueurs, alors qu’ils sont convaincus d’être innocents ? La question fascine, car les psychopathes pervers, narcissiques, sont convaincus de n’avoir rien fait de mal. Cette série s'inspire du livre "Mind Hunter: Inside The FBI's Elite Serial Crime Unit" de M. Olshaker et J. E. Douglas et de personnages réels.

Sous la direction de David Fincher
Si “Mindhunter” est chapeautée par un réalisateur réputé, David Fincher ("Gone Girl", "Zodiac"), le premier épisode, particulièrement lent, pourrait décevoir les amateurs du genre. Mais dès le deuxième épisode, l’enjeu de la série prend forme et les personnages s’imposent. D’un côté, le jeune Holden, intello et têtu, amoureux d'une étudiante hippie. De l’autre, Bill, la cinquantaine, marié, attendri par la fougue de son nouvel acolyte. Leur relation bienveillante entre collègues et celles qu’ils vivent avec leurs femmes, pimentent l’aventure de ces policiers aussi doués que sympathiques.

V. N.

“Mindhunter” est une série en 10 épisodes, créée par Joe Penhall et réalisée par David Fincher, Asif Kapadia, Tobias Lindholm et Andrew Douglas. Avec Jonathan Groff (Glee), Holt McCallany (Sully, Light’s Out), Anna Torv (Fringe) et Hannah Gross (Unless).

La série originale Netflix “Mindhunter” est disponible exclusivement sur Netflix depuis le 13 octobre 2017. Choisissez Netflix comme bonus TV dans votre Tuttimus ou Familus pack et regardez cette série directement sur votre TV (menu à la demande > series ou via la chaîne 204).

Valérie

Une image ? Plume voltigeuse. Le soir, je cuisine ou j’écris. Des histoires d’assiettes, de rencontres, nouvelles ou romans, selon l’inspiration. Le jour, je rédige chroniques et dossiers thématiques sur Skynet.be, sujets gastronomiques dans des magazines féminins. Un plat ? Le risotto aux artichauts. Un plaisir ? Décortiquer les sensations, les couleurs et les saveurs. Un programme ? Capturer l’air du temps, porter un regard critique sur la société du spectacle dominée par l’image. Donner le goût du voyage et de l’inconnu à mes enfants. Rencontrer de belles personnes et peaufiner l’art de l’interview.Blog perso : http://www.madamemonsieur.be

Cet article me rend ...
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans