House of Cards : un couple (presque) parfait

La politique-fiction m’excite, quand elle est rondement menée. Comme un bon thriller. Intrigues, stratagèmes, jeux de massacres et de soumission. Et s’il s’agit, en plus, d’une affaire de couple, l’attrait en est augmenté. Bienvenue dans le château de carte, House of Cards. Les coulisses d’un monde rongé par l’ambition et les coups bas. Au coeur de Washington D.C., un Congrès dominé par les manigances d’un duo singulier, Frank et Claire Underwood.

La revanche
Chef de la majorité parlementaire démocrate au Congrès, trahi par son propre camp, Frank Underwood s’est juré, avec l’aide de son épouse, de faire tomber ses concurrents. A ses côtés, Claire le soutient dans son ascension. Plus son mari atteint les hautes sphères, plus elle renforce son organisation d'activistes environnementaux. Pour arriver à ses fins, Frank établira un plan machiavélique en manipulant un député de Pennsylvanie, Peter Russo, affaibli par diverses assuétudes. Dans ses filets, le politicien attirera également une débutante en journalisme, Zoe Barnes. La jeune femme aux dents longues (excellente Kate Mara) jouera avec le feu.

Le pacte
L’intrigue se développe autour des deux êtres immoraux qui forment un couple quasiment inébranlable. L’un et l’autre acceptent les infidélités, à condition que leur pacte tissé de respect, d’admiration, soit respecté. D’amour aussi il est question. "Cette femme, je l'aime plus que les requins aiment le sang", nous confie Franck Underwood. Pourquoi n’ont-ils pas d’enfant ? Comment fait-elle pour rester de marbre face aux attaques ? Quelle place a le photographe dans sa vie ?

Duo de choc
Jamais on ne les voit faire l’amour. Ils se frôlent, s’embrassent du bout des lèvres. La tension érotique transpire dans les détails minimes, une cigarette partagée à l’abri des regards (jamais un congressman et son épouse ne fumeraient en public) une main qui caresse un mourant, une robe qui enserre madame telle une armure.

Robin Wright
Comment ne pas être fasciné par cette femme-pilier, lisse, impitoyable? Robin Wright (46 ans) petite tête blonde, garde-robe noire et blanche, envoûte par sa beauté froide et son jeu tout en retenue. L’actrice prend un plaisir évident à endosser ce rôle de calculatrice, qu’elle compare à Lady Macbeth.

Kevin Spacey
Sûr de lui, éloquent et faux-cul, Kevin Spacey tire parti de son jeu ambigu, sur le fil, s’adressant au spectateur face caméra, pour confier ses plans. Vous vous sentez presque complice, témoin privilégié. Le procédé est encore plus étrange que dans Dexter, où le tueur se confie en voix off.  Ici, le marionnettiste de la Maison Blanche tire les ficelles du grand théâtre, assénant à son bras droit qu’on "dévore une baleine, une bouchée à la fois".

Un nouveau modèle de diffusion
Lancée en février 2013, la série produite par Netflix (diffuseur américain de vidéo à la demande) a bouleversé les modèles économiques. Contrairement aux chaînes classiques ou câblées, Netflix a balancé en ligne tous les épisodes de House of Cards le même jour. Ainsi, les spectateurs achetaient l’ensemble de la saison 1 et choisissaient leur façon de regarder les treize épisodes. Une décision qui a fait grand bruit dans le monde de la télévision. La construction du récit s’en ressent, à travers la volonté des scénaristes de prendre le temps pour raconter une histoire, sans être obligé de placer un cliffhanger (suspense) à tout moment, pour garder l’audience durant les pubs.

En conclusion, House of cards (inspiré d’une série britannique homonyme) se laisse voir avec plaisir, à condition de rester attentif aux subtilités de la politique américaine. Du même acabit que la série danoise Borgen, (avec Sidse Babett Knudsen) un cran au-dessus de la série française, Les Hommes de l’ombre, avec Nathalie Baye en Présidente de la République.

V. Nimal

House of cards (saison1), série créée par Beau Willimon, réalisée par David Fincher.
Lire aussi notre avis sur House of Cards, saison 3.
House of Cards est produite par Netflix. Démarrez Netflix sur Proximus TV via votre menu  à la demande > séries ou via la chaîne 204.
 

Valérie

Une image ? Plume voltigeuse. Le soir, je cuisine ou j’écris. Des histoires d’assiettes, de rencontres, nouvelles ou romans, selon l’inspiration. Le jour, je rédige chroniques et dossiers thématiques sur Skynet.be, sujets gastronomiques dans des magazines féminins. Un plat ? Le risotto aux artichauts. Un plaisir ? Décortiquer les sensations, les couleurs et les saveurs. Un programme ? Capturer l’air du temps, porter un regard critique sur la société du spectacle dominée par l’image. Donner le goût du voyage et de l’inconnu à mes enfants. Rencontrer de belles personnes et peaufiner l’art de l’interview.Blog perso : http://www.madamemonsieur.be

Cet article me rend ...
  • 8
  • 25
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans