The Fall, saison 2: angoisse, duel et tension sexuelle

Pourquoi l’homme en vient-il à tuer des femmes ? La saison 2 de The Fall plonge au cœur de la question de la violence masculine. Ce dernier volet de la série poursuit la traque du tueur Paul Spector et clôt l’enquête avec brio, menée par le torride duo Jamie Dornan & Gillian Anderson.

Belfast, le crachin, les maisons ouvrières, l’accent rêche, les foyers ordinaires. Un homme, que l’on sait tueur en série depuis le début, personnifie un père comme les autres : il aime ses enfants et son épouse, il accomplit son boulot de psy dans un centre local.

Le monstre
Derrière le visage lisse et séduisant de ce psy qui écoute les femmes violentées, un monstre se dissimule. L’acteur irlandais Jamie Dornan (le businessman sadomaso dans Cinquante nuances de Grey) convainc par son interprétation, oscillant diaboliquement entre répulsion et séduction. Calme, patient, maître de ses émotions, il ne cille jamais. A chaque minute de The fall, on attend que craquelle le vernis sur ce doux visage. Pourquoi violer, torturer, tuer ? Fouiller dans le passé du tueur ouvrira des pistes, pour tenter d’expliquer l’obsession criminelle. La perversion est au comble lorsque le psy va jusqu’à soigner une de ses victimes qu’il n’a pas pu achever. On ne dévoilera pas l’intrigue. Le plaisir et l’effroi perdurent jusqu’au dénouement.

Proies et victimes
Les personnages féminins explorés en profondeur retiennent l’attention, en particulier celui de l’adolescente en manque de repères, l’ancienne baby-sitter devenue l’amie du tueur à la fin de la saison 1. Cette provocatrice balancera-t-elle dans le sombre monde de Spector ? Est-elle aussi dévouée qu’elle ne le laisse paraître ? Et l’épouse, Sally-Ann Spector, enceinte et meurtrie, jusqu’où couvrira-t-elle son mari, qui lavait affectueusement les corps de ses victimes dans la saison 1?

Mangeuse d’homme
Face au tueur, Stella Gibson, la super flic tient toujours la barre, s’infiltrant dans la tête de celui qu’elle traque, tout en le laissant l’aborder jusqu’au bord du danger. Magnifique dans la peau d’une blonde archétypale, glaciale, imperturbable, Gillian Anderson éblouit elle aussi par sa maîtrise : tout est dans l’élégance, le moindre regard, sa voix grave presque atone, ses gestes contrôlés pour qu’aucun sentiment ne perce, face à l’entourage composé d’une majorité d’hommes qu’elle tient à distance et cependant selon ses envies, invite dans son lit… Le Service de Police d'Irlande du Nord est dirigé par un ex amant éploré de Stella, insistant et maladroit.

Célibataire, sans enfant, vouée totalement à son métier, Stella sonde les âmes, s’offre des parenthèses sexuelles, joue avec les corps, sans état d’âme, libre. La seule personne à qui elle confie ses angoisses est son journal, dans sa table de chevet. Et si quelqu’un s’en emparait ? On retient son souffle.Le créateur de la série, Allan Cubitt, réussit à imposer un univers à la fois tendu et érotique, dont il est difficile de s’échapper avant le dénouement.

V. N.

Lire aussi notre critique de la saison 1.

The Fall est diffusée sur la chaîne 13e rue, disponible dans le bouquet Entertainment de Proximus.
The Fall est aussi disponible sur Netflix.
Démarrez Netflix sur Proximus TV via votre menu  à la demande > séries ou via la chaîne 204.

Crédits photos : BBC

Valérie

Une image ? Plume voltigeuse. Le soir, je cuisine ou j’écris. Des histoires d’assiettes, de rencontres, nouvelles ou romans, selon l’inspiration. Le jour, je rédige chroniques et dossiers thématiques sur Skynet.be, sujets gastronomiques dans des magazines féminins. Un plat ? Le risotto aux artichauts. Un plaisir ? Décortiquer les sensations, les couleurs et les saveurs. Un programme ? Capturer l’air du temps, porter un regard critique sur la société du spectacle dominée par l’image. Donner le goût du voyage et de l’inconnu à mes enfants. Rencontrer de belles personnes et peaufiner l’art de l’interview.Blog perso : http://www.madamemonsieur.be

Cet article me rend ...
  • 2
  • 17
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans