Le Tout Nouveau Testament : rencontre avec Jaco Van Dormael et Thomas Gunzig pour la sortie du film

Le Tout Nouveau Testament s'annonce comme le grand film belge de la rentrée ! Une comédie franchement vache, avec Benoit Poelvoorde dans le rôle de Dieu, le méchant, et Yolande Moreau, sa bonne femme. On y croise aussi Catherine Deneuve en étrange amoureuse, François Damiens, en tueur. Ils sont tous irrésistibles dans ce film belge qui va conquérir les cœurs. Il sort ce mercredi 2 septembre.

Le Tout Nouveau Testament : rencontre avec Jaco Van Dormael et Thomas Gunzig pour la sortie du film © Climax films - Photonews

Le Tout Nouveau Testament s'annonce comme le grand film belge de la rentrée ! Une comédie roccambolesque à l'humour vache, avec Benoît Poelvoorde dans le rôle de Dieu, le méchant, et Yolande Moreau, sa bonne femme. On y croise six nouveaux apôtres, dont Catherine Deneuve en étrange amoureuse ou François Damiens, en tueur repenti. Ils sont tous irrésistibles dans ce film qui sort ce mercredi 2 septembre en salle. Interview des scénaristes et du réalisateur.


Interview : Valérie Nimal pour Proximus TV.

Le Tout Nouveau Testament est un film belge réalisé et coécrit, avec Thomas Gunzig, par Jaco Van Dormael. Avec Catherine Deneuve, Benoît Poelvoorde et Yolande Moreau (lire aussi son interview ici).

Interview de Jaco Van Dormael pour la sortie du film Le tout nouveau testament

Interview de Jaco Van Dormael pour la sortie du film Le tout nouveau testament © Climax films - Photonews

Dieu existe. Il habite à Bruxelles. Il est odieux avec sa femme et sa fille. On a beaucoup parlé de son fils, mais très peu de sa fille. Sa fille s’appelle Ea. Pour se venger elle balance par SMS les dates de décès de tout le monde… Tel est le synopsis du film Le Tout nouveau Testament. Nous avons rencontré le réalisateur belge Jaco Van Dormael (Toto le héros, le Huitième jour, Mr. Nobody).

- (Skynet TV) : Si Dieu existe, il vit à Bruxelles, et en plus, c’est un salaud. D’où vient cette idée d’un dieu méchant, brutal et vengeur?

- (Jaco Van Dormael) : Hitchcock disait « pour faire un bon film, il faut d’abord un bon méchant ». C’était assez drôle d’imaginer que Dieu existe, mais il n’est pas gentil. Une phrase de Woody Allen était notre point de départ : « Si Dieu existe il a intérêt à avoir une bonne excuse… » Effectivement, quand j’étais petit, je me demandais pourquoi les enfants qui ont la leucémie, il ne les guérit pas ? Pourquoi Dieu a tué son fils ? C’est pas gentil, alors que Spiderman lui, il sauve des gens. Dans les écrits les plus anciens, Dieu est décrit comme jaloux et vengeur : « Vous n’aimerez personne d’autre que moi ! ».

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament © Climax films

- Enfant, vous avez lu la Bible ?
- (Jaco Van Dormael) : Oui,  je l’ai étudiée. J’aimais beaucoup, c’est très intéressant. Pour quelqu’un qui n’est pas croyant, c’est un bouquin bien écrit, avec de beaux personnages et des scènes d’épouvantes.

- Le tout nouveau testament s’inscrit dans le prolongement de vos autres films ?
- (Jaco Van Dormael) : Pour Le Tout Nouveau Testament, j’ai essayé de mettre la comédie plus en avant, tout en parlant de choses plutôt sombres : si on connait la date de sa mort, est-ce qu’on ne serait pas un peu plus vivant ?

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament © Photonews

- Les personnages de votre film apprennent brutalement la date exacte de leur mort. Thomas Gunzig, votre co-scénariste, m'a dit que s'il apprenait soudainement la date de sa mort, il terminerait d'écrire son roman, et il ferait un beau voyage avec ses enfants. Et vous, comment réagiriez-vous si vous connaissiez cette date ?

- (Jaco Van Dormael) : Je crois que je ne ferais rien. Ce que j’aime bien, c’est ne rien faire… Etre avec les gens que j’aime.

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament © Climax films

- On sent que vous êtes très complémentaires, Thomas Gunzig et vous. Que vous a apporté Thomas dans l’écriture du scénario?
- (Jaco Van Dormael) : Nous avons développé le film ensemble. On est resté pendant tout un été à la table du jardin, à accumuler des idées, puis à les organiser. C’est quelque chose qu’on ne saurait faire seul. Il écrit des scènes à la Jaco, et j’écris des scènes à la Thomas. Par exemple (dans le film), le frère c’est JC Van Damme, c’est moi qui ai écrit ce personnage, à la manière de Thomas…



Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament © Climax films

- Pili Groyne (qui joue Ea, la fille de Dieu) est l’héroïne du film… Pourquoi faire parler une enfant ?

- (Jaco Van Dormael) : Les enfants sont très forts, est-ce qu’on comprend plus à la vie qu’eux ? C’est l’âge des premières fois, de la découverte, et des solutions hâtives.

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament © Climax films

- Votre film est truffé de scènes cocasses. Comment avez-vous fait pour convaincre Deneuve de se glisser sous une couette avec un  gorille ?
- (Jaco Van Dormael) : Elle a lu le scénario. Catherine Deneuve est quelqu’un qui n’a pas froid aux yeux, elle n’a peur de rien.

- Vous faites un clin d’œil au film d’Oshima, Max mon amour, où une femme vit avec un singe ?
- (Jaco Van Dormael) : En fait je n’ai pas vu le film d’Oshima… Je pensais à un épisode que raconte souvent Jo Dekmine du théâtre 140, quand il avait invité un chanteur canadien qui vivait avec une guenon, et que les hôtels ne voulaient pas. Il a donc vécu chez Jo Dekmine. La guenon attaquait toutes les femmes qui s’approchaient du chanteur, et pas les hommes !  Oui, il y a des formes d’amour improbable, il ne se portait pas plus mal.

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament © Climax films

- Il y a plein de choses improbables, dans votre film. Il y a aussi un tueur qui peut tomber enceinte, grâce à l’intervention de la femme de Dieu, qui mélange les cartes… Elle (Yolande Moreau) a un rôle plus important qu’on ne le pense au début.

- (Jaco VD) : La déesse décide. Lui, n’a aucun pouvoir en fait. Dieu (Benoit Poelvoorde) a pris le pouvoir, il n’en a aucun en fait, à part avoir pris l’ordinateur : il dit « Bonjour déesse, je suis content de vous voir » !

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament © Climax films

- Comme dans votre autres films, le Tout Nouveau Testament a un style esthétique particulier.  Pourquoi filmez-vous le Tout nouveau testament de manière frontale ?
- (Jaco V. D.) : Tout le film est frontal et symétrique. J’ai pensé aux images pieuses, on a gardé les mises en scènes d’images pieuses.

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament

Interview de Jaco Van Dormael - Le Tout Nouveau Testament © Climax films

- Un autre de vos apôtres, Jean-Claude, joué par Didier de Neck, quitte un boulot qu’il déteste… Il va suivre les oiseaux migrateurs jusqu’au Pôle nord. Il se laisse entraîner selon son instinct. N’est-ce pas la meilleure façon d’être heureux ?

- (Jaco V. D.) : Je ne sais pas ce que c’est être heureux. Il y a un dicton qui dit : « Content souvent ». C’est déjà pas mal.

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film © Photonews

- Dans Le Tout Nouveau Testament, Jaco Van Dormael se plait à filmer Dieu à Bruxelles. Pour vous, Dieu devait-il être Bruxellois ?
- (Thomas Gunzig) : C’est une idée qui nous a amusés dès le départ : se dire, Dieu est l’homme le plus commun qui soit, c’est notre voisin, le beauf du quatrième étage et vu qu’on est bruxellois tous les deux… c’est une coïncidence liée à notre vie.

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film © Photonews

- Comment est née votre rencontre avec Jaco, votre collaboration ?

- (Thomas Gunzig) : Bonne question, parce que je ne me souviens plus très bien de comment ça s’est fait ! Il y a des années, Jaco avait voulu me rencontrer parce qu’il avait écrit M. Nobody et il voulait que quelqu’un jette un œil sur son scénario. On a passé quelques soirées ensemble et ça été le commencement d’une amitié. On aimait bien se raconter des histoires, en inventer, et puis un jour Jaco m’a dit propose-moi des idées, on en choisit une et on en fera un film… Allez d’accord !

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film © Photonews

- Dans le rôle de Dieu, Poelvoorde, c’était écrit pour lui?

- (T. Gunzig) : Non, au départ Jaco Van Dormael voulait donner le rôle à Daniel Auteuil. Cela ne s’est pas fait. Poelvoorde s’est imposé après la fin du scénario. On a l’impression que tout a été fait pour lui, mais pas du tout. C’est le propre des grands comédiens : de pouvoir prendre un rôle et de leur donner une évidence.

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film © Climax films

- Que saviez-vous du Nouveau testament avant de commencer le scénario ?
- (T. Gunzig) : J’ai été élevé de manière athée, je n’ai jamais eu de cours de religion, je n’ai jamais été ni à l’église ni à la mosquée ni à la synagogue, mes parents étaient plutôt méfiants par rapport à tout ce qui relevait du religieux. Evidemment, je me suis posé des questions, ados : d’où vient-on, où va-t-on ? Je l’ai lu, pas en entier, parce que je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus rock ‘n roll, il y avait de longs passages… « Et Dieu engendra… » et machin engendra… dans l’Ancien. Il y a quelques beaux passages comme le Cantique des cantiques, presque érotique… Moi qui ai tjrs aimé la littérature fantastique et de science-fiction, j’aimais les passages de  l’Apocalypse, il y a des sauterelles, des cavaliers, des machins qui sortent de l’eau… Pour moi, la Bible c’était une demi-réussite.

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film © Photonews

- Aux douze apôtres, vous en ajoutez six. Pourquoi ce chiffre ?
- (T. Gunzig) : C’est venu comme ça ! Pourquoi pas ? On voulait qu’Ea vienne sur terre et qu’elle rencontre des gens. Elle veut compléter le travail de son frère, qui est parti sur douze apôtres, mais ça n’a pas très bien marché alors on a en ajouté six.

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film © Photonews- Christophe Licoppe

- Chaque apôtre possède sa propre musique, a son langage, sa façon de voir. Chaque personnage est-il un humain type, le voisin d’à côté qui vous a inspiré ?
- (T. Gunzig) : Ce sont des personnages lambadas, qui à travers leur petits travers, leur vie brisées, ramènent à l’humain au sens large : chacun à travers sa petite vie, ses rêves et ses malheurs, donne un propos sur la condition humaine.

- Comme être accro aux écrans, à son gsm… dans le film, il y a plein de caricatures de nos travers. C’est très drôle, je pense au personnage de Kevin le casse-cou: il recommence à chaque fois ses cascades et ne meurt jamais… c’est un personnage que vous avez imaginé en regardant les émissions pour ados ?
- (T. Gunzig) : J’adore ces trucs-là, j’en suis nourri. Kevin fait partie de ces émissions dont je suis grand fan, il a un côté Jackass ! Je m’étais dit : si on est au courant de la date de notre mort, c’est la libération pour tous les jackassiens. On peut tout faire !

- De même que François l’assassin qui tombe enceinte !
- (T. Gunzig) : Dans un monde qui serait régi par une divinité bienveillante,  pourquoi mettre des limites aux désirs des gens ? La femme de Dieu permet que Deneuve ait un bébé gorille, que lui tombe enceinte, que l’on puisse vivre sous l’eau… Tout est plus simple.

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film

Interview de Thomas Gunzig, co-scénariste du film © Photonews- Christophe Licoppe

- Jaco Van Dormael m'a dit que vous aimez écrire des voix off...
- (T. Gunzig) : J’ai un certain plaisir à écrire des voix off et des monologues. Et dans le scénario que nous sommes en train d’écrire  (le prochain film avec Jaco) il y en a aussi beaucoup. J’ai toujours aimé les films avec une voix off ; les voix off donnent une dimension littéraire. Un de mes films préférés c’est Manhattan de Woody Allen, qui commence par Woody Allen qui dit : "J’adore New York". Il le dit de quatorze façons. Puis il y a un feu d’artifice et il se tait, c’est magnifique.

- En voyant le film monté, vous le trouviez comment ?
- (T. Gunzig) : J’étais très fier.  C’est ce que je n’osais pas rêver ! J’avais totalement confiance en Jaco.


Interview : Valérie Nimal pour Proximus TV.

Lire aussi notre interview de Yoland Moreau et la critique du film par V. N.
Concours : gagnez vos places pour voir le Tout Nouveau testament !

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans