Rencontre avec Yoann Blanc, en quête de liberté dans 'Un homme à la mer'

Yoann Blanc incarne Mathieu, qui profite de la disparition de sa belle-mère pour s'évader de son quotidien morose.

Rencontre avec Yoann Blanc, en quête de liberté dans 'Un homme à la mer' © Héliotronc

Mathieu est biologiste marin. A plus de 35 ans, il passe son temps sur son microscope à découper de minuscules cadavres d’organismes marins. Il n’est pas heureux. Sa passion, c’était être en mer. Jusqu’au jour où Christine, sa belle-mère, disparaît... Impressionné et touché par ce geste, il part à sa recherche. Loin de tout, exilés de leur famille, Christine et Mathieu vont se retrouver, se comprendre et partager le même désir de reprendre leurs vies en main.

Après avoir pris les traits d'un inspecteur borderline dans la série La Trêve, Yoann Blanc incarne ici Mathieu, qui profite de la disparition de sa belle-mère pour s'évader de son quotidien morose.
Rencontre avec cet acteur qui trouve la lumière dans un film poétique, en compagnie de la réalisatrice belge Géraldine Doignon.


Interview de P. De Beule pour Proximus, coproducteur de Un homme à la mer. À découvrir en salles dès le 1er juin.

Votre personnage est en tension permanente. Plutôt brut et isolé des autres, ce Mathieu rappelle un certain Yoann Peeters...

Votre personnage est en tension permanente. Plutôt brut et isolé des autres, ce Mathieu rappelle un certain Yoann Peeters... © Héliotronc


Yoann Blanc : " Il y a une ressemblance parce que Mathieu et l'inspecteur Peeters (de la série La Trêve, ndlr) sont tous les deux en silence. Ni l’un ni l’autre ne pourrait être GO au Club Med, ça c’est clair. Mais ils ne sont pas traversés par le même type de tension. Si l’inspecteur Peeters est en colère, Mathieu est quant à lui plutôt passif. Il est malheureux sans s'en rendre compte.

L'image de la bombe à retardement est assez juste pour décrire Mathieu, parce que ce personnage de nature discrète finit par exploser. Au moment du tournage, c’est plutôt amusant de jouer sur le mensonge, car cela implique de donner des signes de corps qui sont l’inverse de ce que l’on dit. Et pour les scènes sans paroles, on prépare
ce que l’on peut appeler des chorégraphies. "

Qu'est-ce qui motive Mathieu à abandonner ses recherches en laboratoire pour partir sur les traces de sa belle-mère ?

Qu'est-ce qui motive Mathieu à abandonner ses recherches en laboratoire pour partir sur les traces de sa belle-mère ? © Héliotronc


Géraldine Doignon : " A la base, c’est un prétexte. Ce qui l’intrigue, c’est que cette femme qu'il pensait connaître, vu qu'il la côtoie depuis des années, le surprend en disparaissant. Comme il la voit juste avant sa fugue, il se sent impliqué. En mentant à la famille, il pose un acte.

L’histoire de Mathieu est assez proche de moi, parce que cet homme absent de sa propre vie s'inspire de mon frère, qui était biologiste marin. Il s’est longtemps enfermé dans sa vocation mais heureusement, au bout de dix ans, il a eu comme un sursaut qui lui a permis de lever la tête de son microscope. Par contre, il n’est pas parti à la poursuite de sa belle-mère (rires).
"

La belle-mère, Christine, envoie tout valser mais on ne la juge pas. C'est cela, le but du film ?

La belle-mère, Christine, envoie tout valser mais on ne la juge pas. C'est cela, le but du film ? © Héliotronc


Géraldine Doignon : " J'essaye de mettre en place des personnages imparfaits, que l'’on comprend et auxquels on peut s’attacher. Ils ne sont pas trop définis, pour que l’on puisse s’y projeter. Mon but c'est que le spectateur, emmené par Mathieu, ait envie de faire ce voyage vers Christine. Et de proposer une réflexion. "

Yoann Blanc : " On ne la juge pas parce qu'elle est juste. Elle fait ce qu'elle a envie sans se soucier des apparences. Cette liberté-là est fascinante pour Mathieu, et pour le spectateur je l’espère. La question n’est pas de savoir si elle fait bien ou pas, mais en disparaissant elle existe, elle le réveille et lui donne envie de partir. C’est beau d’être libre tout le temps, mais plus encore quand on a soixante ans. On s’attend à ce que le poids des responsabilités soit plus lourd, alors qu'elle n’est que dans la légèreté. C'est ce qui trouble Mathieu. Et puis être séduit par Jo Deseure, qui tient le rôle de Christine, ce n’est pas très difficile (rires). "

Quelle est la place de l’environnement (l'île d'Oléron) dans l'intimité naissante entre Christine et Mathieu ?

Quelle est la place de l’environnement (l'île d'Oléron) dans l'intimité naissante entre Christine et Mathieu ? © Héliotronc


Géraldine Doignon : " Oléron a ce côté encore sauvage et naturel. Cet endroit est très important dans la construction de l’histoire. Pouvoir jouer sur les détails qui ne sont pas forcément conscients pour le spectateur, c'est aussi tout l'intérêt du cinéma. Le début, à Bruxelles, est filmé sous une lumière artificielle. Les décors et les costumes y sont ternes. Une fois que Mathieu part pour l'île d'Oléron, tout s'ouvre. Ce sont autant d'éléments mis en scène pour concrétiser des idées un peu abstraites. Je trouve cela magnifique d’arriver à atteindre une émotion sans recourir aux mots.

La musique originale y est aussi pour beaucoup. On a travaillé avec Philmarie, qui a fait tous mes films. Pour la première fois, on a créé des ambiances sonores avant le tournage. Cela m’a aidée de pouvoir m'y plonger. "

Après le succès de La Trêve, comment gérez-vous le rapport à votre propre image ?

Après le succès de La Trêve, comment gérez-vous le rapport à votre propre image ? © Héliotronc


Yoann Blanc : " Je n’aime pas tellement me regarder, mais j’y arrive de plus en plus. Pendant le tournage, je ne contrôle rien. Du coup je suis obligé d’être en confiance avec le réalisateur, le chef opérateur et le monteur. Cela fait beaucoup de monde. Quand je vois le résultat, cela m'est encore délicat, parce que je me juge beaucoup sur ma façon de jouer. Mais je commence à m’habituer. "


Un homme à la mer, film coproduit par Proximus, est à découvrir en salles dès le 1er juin.
Des projections suivies d'une rencontre avec une partie de l'équipe du film sont organisées dans différents cinémas aux quatres coins de la Wallonie. Nous vous offrons la possibilité de remporter des tickets pour assister à cette tournée !

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans