"Made in France", le film sur le djihadisme en premium VOD sur Proximus

Proximus vous offre la possibilité de voir le film très attendu Made in France en premium VOD pour la Belgique francophone, et ce, dès le 28 février 2016, un mois avant la sortie officielle belge. "Made in France" est un film choc, signé Nicolas Boukhrief et tourné avant les attentats de Paris. Ce thriller haletant s’inscrit dans l’actualité récente liée aux attentats commis par Daesh. Dès le lendemain des attentats du 13 novembre, le distributeur du film avait annoncé que sa sortie, prévue le 18 novembre, serait repoussée à une date ultérieure. Afin de permettre au plus grand nombre de voir le film, il sortira directement en VOD sur Proximus.

"Made in France", le film sur le djihadisme en premium VOD sur Proximus © Radar Films - Cinéart

Proximus vous offre la possibilité de voir le film très attendu "Made in France", en Premium VOD pour la Belgique francophone, et ce, dès le 28 février 2016, un mois avant la sortie officielle belge.

"Made in France" est un film choc, signé Nicolas Boukhrief et tourné avant les attentats de Paris. Ce thriller haletant s’inscrit dans l’actualité récente liée aux attentats commis par Daesh. Dès le lendemain des attentats du 13 novembre, le distributeur du film avait annoncé que sa sortie, prévue le 18 novembre, serait repoussée à une date ultérieure. Afin de permettre au plus grand nombre de voir le film, il sortira en primeur en Premium VOD sur Proximus.

Made in France est disponible dans le catalogue à la demande de Proximus TV dès le 28 février 2016.

"Made in France" : la bande-annonce

"Made in France" : la bande-annonce © Radar Films - Cinéart

"Made in France" retrace l’histoire d’un journaliste indépendant, Sam (Malik Zidi). Pour les besoins d’un livre, Sam profite de sa culture musulmane pour infiltrer les milieux intégristes de la banlieue parisienne. Il se rapproche d’un groupe de jeunes, Driss, Christophe et Sidi. Des musulmans de naissance ou convertis, qui attendent le retour d’Hassan, parti se former en Afghanistan. Ils ont reçu pour mission de créer une cellule djihadiste et semer le chaos au cœur de Paris.

"Made in France", un film de Nicolas Boukhrief avec Malik Zidi, Dimitri Storoge, François Civil, Nassim Si Ahmed et Ahmed Dramé.  Produit par Radar Films. Durée 1 h 29. Regardez la bande-annonce en vidéo.

Un film qui bouscule

Un film qui bouscule © Radar Films - Cinéart

"Made in France" est un thriller qui suit l’évolution d’une bande de jeunes djihadistes, dont certains se sont convertis à l’Islam, comme Hassan. Ce personnage est une sorte d'Ange de la mort, dont on ne connait pas les raisons de la radicalisation. Le réalisateur préférait laisser le mystère autour des motivations de ce personnage, pour éviter que l’on puisse s’identifier à lui.

En écrivant Made In France, Nicolas Boukhrief s’est inspiré du film culte de Brian de Palma, "Scarface" (1983) et de son héros Tony Montana. Cependant, le réalisateur voulait éviter de faire de ces terroristes des héros.
Dans une scène qui suit le retour d'Hassan en France, les djihadistes s’emparent de la maison de Christophe, qu'ils nettoient selon leur idéologie : ils jettent les objets qu’ils considèrent inacceptables, comme la télévision ou le poster de Scarface (considéré comme de la propagande américaine).

Le réalisateur, Nicolas Boukhrief

Le réalisateur, Nicolas Boukhrief © Radar Films - Cinéart

Né en 1963, Nicolas Boukhrief se passionne pour le cinéma dès l’adolescence. Après trois ans passés auprès d’Andrzej Zulawski (1985-88) comme assistant, il cosigne le scénario de "Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents communistes" (1993) de Jean-Jacques Zilbermann, et d’"Assassin(s)" de Mathieu Kassovitz (1997).

En 1995, Nicolas Boukhrief se lance dans la réalisation avec "Va mourire". Il revisite ensuite "La ronde" de Schnitzler, dans son film "Le plaisir (et ses petits tracas)" en 1998 avec Mathieu Kassovitz, Vincent Cassel, Julie Gayet. Il réalise ensuite "Le convoyeur" (2003) porté par Albert Dupontel et Jean Dujardin. Il reste dans le registre du polar en réalisant également "Cortex" (2007) avec André Dussollier. Il signe ensuite "Gardiens de l’ordre" (2010) avec Cécile de France. "Made in France" est sa sixième réalisation.

L'acteur Malik Zidi : Sam

L'acteur Malik Zidi : Sam © Radar Films - Cinéart

Cheveux roux, le regard énigmatique, Malik Zidi a un côté atypique. Dans "Made in France", Malik Zidi endosse le rôle de Sam, le journaliste qui va infiltrer les milieux intégristes. Ce fils d’un Algérien musulman parle français et arabe, et connait le Coran.

Son parcours
Débutant, Malik Zidi s’est fait remarquer par François Ozon, qui lui confie le rôle de l’amant de Bernard Giraudeau dans "Gouttes d’eau sur pierres brûlantes". Il décroche une nomination au César du Meilleur Espoir Masculin en 2001.

Avec Isild Le Besco, il forme un couple dans "Un moment de bonheur" d’Antoine Santana en 2002 et obtient une deuxième nomination au César du meilleur espoir. Suivent "Un monde presque paisible" (2002) puis "Les Temps qui changent" (2004) pour lequel il obtient une troisième nomination pour le César du Meilleur Espoir. Enfin, il reçoit en 2007, ce fameux César pour son rôle dans "Amitiés maléfiques" d’Emmanuel Bourdieu.

En 2009, il joue dans "Un chat un chat", avec Chiara Mastroianni. Dans le film "Clara", il incarne Johannes Brahms. En 2010, Mathieu Kassovitz le fait tourner dans "L’Ordre et la Morale". On le voit militer avec Jamel Debbouze dans "La Marche" de Nabil Ben Yadir. Malik Zidi est désormais une valeur établie du cinéma français. Il est Chevalier de l’Ordre des Arts et Lettres.

L'acteur Dimitri Storoge : Hassan

L'acteur Dimitri Storoge : Hassan © Radar Films - Cinéart

Dans "Made in France", Dimitri Storoge joue le rôle de Hassan, un Français converti à l’Islam, parti dans un camp de djihadiste en Afghanistan. A son retour en France, Hassan rejoint Driss, Christophe et Sidi pour organiser le premier d’une longue série d’attentats sur le sol parisien.

Son parcours
Né en 1977, Dimitri Storoge étudie le théâtre au Cours Florent et au Conservatoire National d’Art Dramatique. Il débute dans des téléfilms et séries, dont "Les duettistes" (2000), "Vacances de Rave" (2001) et "Navarro" (2001).
En 2002, il joue dans "Ni pour ni contre (bien au contraire)", de Cédric Klapisch avec Marie Gillain et Vincent Elbaz. En 2010, il reçoit le prix de la Meilleure Interprétation Masculine au Festival de Luchon pour son rôle dans le téléfilm "4 garçons dans la nuit". En 2011, Dimitri joue dans la série "Les beaux mecs".

Olivier Marchal le sollicite pour jouer dans "Les lyonnais" (2011) avec Gérard Lanvin. Il est nommé aux César 2012 comme Meilleur Espoir Masculin. On l’a vu sur TF1, dans la série "No Limit", ainsi qu’au cinéma dans "De guerre lasse" d’Olivier Panchot, "Un illustre inconnu", ou encore "L’odeur de la mandarine".

L'acteur François Civil : Christophe

 L'acteur François Civil : Christophe © Radar Films - Cinéart

Dans "Made in France", il joue Christophe, un jeune d’origine française, converti à l’islam. Sa famille ignore tout de sa conversion et de ses projets d’attentat.

Son parcours
François Civil, est né en 1990 à Paris. Alors qu’il débute au Cours Florent, il décroche un rôle dans "Le Cactus", de Michel Munz et Gérard Bitton. Laurence Ferreira-Barbosa lui confie le rôle principal de "Soit je meurs, soit je vais mieux". Il tourne "Dans nos veines" réalisé par Guillaume Senez (Prix d’Interprétation au Brussels Short Film Festival). S’enchaînent "Nos résistances", de Romain Cogitore, "Bus Palladium" de Christopher Thompson et "Elles" de Malgorzata Szumowska.

En 2013, il obtient le Prix Premier Rendez-vous au Festival du Film de Cabourg pour son rôle dans "Macadam baby". A la télévision, il joue dans les séries "Casting(s)" et "Virtuoso". Il  tourne en anglais dans "Frank", de Lenny Abrahamson, aux côtés de Michael Fassbender. Il retrouvera prochainement Pierre Niney dans "Five", d’Igor Gotesman.

L'acteur Nassim Si Ahmed : Driss

L'acteur Nassim Si Ahmed : Driss © Radar Films - Cinéart

Dans "Made in France", Nassim Si Ahmed (né en 1988) joue le rôle de Driss, un jeune de banlieue, solitaire, Musulman de naissance. Driss est manipulé par Hassan pour faire partie d’une cellule djihadiste.

Son parcours
Débarqué à Paris, Nassim Si Ahmed n’avait qu’un seul objectif : devenir acteur. C’est aujourd’hui chose faite à 27 ans. Repéré dans un bar par Tristan Aurouet, Nassim Si Ahmed débute à l’écran dans "Mineurs 27" (2011), aux côtés de Jean-Hugues Anglade et Gilles Lellouche.

Il tourne ensuite dans la série "Lascars", où il prête sa sensibilité et son physique de champion de Kickboxing au personnage de Malik. Depuis 2012, il s’illustre dans la web-série "En passant pécho" dans le rôle du déjanté Cokeman.

L'acteur Ahmed Dramé : Sidi

L'acteur Ahmed Dramé : Sidi © Radar Films - Cinéart

Dans "Made in France", Ahmed Dramé interprète Sidi, un jeune influençable qui se fera enrôler pour faire le djihad en France. Sidi espère venger la mort de son cousin resté au Mali et tué par des soldats français.

Son parcours
Né en 1993 à Issy-les-Moulineaux, de parents maliens, Ahmed Dramé a vogué entre la culture française et africaine. Il se passionne très jeune pour l’écriture. Ahmed débute comme acteur en 2011 sur France 2 dans un épisode de la série "Main courante", de Jean-Marc Thérin. L’année suivante, il incarne Nimo, l’un des rôles principaux du film de Vianney Lebasque, "Les Petits Princes" avec Reda Kateb et Eddy Mitchell. En 2013, il décroche à 22 ans le rôle principal du film "Les Héritiers" de Marie-Castille Mention- Schaar, où il donne la réplique à Ariane Ascaride.
Il est également coscénariste de ce film autobiographique qui lui vaut une nomination pour le César du Meilleur Espoir Masculin 2015. Ahmed Dramé est également l’auteur d’un livre, "Nous sommes tous des exceptions".

Made in France est disponible dans le catalogue à la demande de Proximus TV dès le 28 février.

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans