Ces scènes cultes de cinéma ont été improvisées

Ces scènes culte de cinéma ont été improvisées

Retour sur les séquences célébrissimes et répliques légendaires qui n'étaient pas inscrites au scénario.

La boîte à bijoux dans Pretty Woman

La boîte à bijoux dans Pretty Woman


Dans une interview, le réalisateur de Pretty Woman, Garry Marshall, a révélé que le geste de Richard Gere n'était pas prévu. D'où la réaction de Julia Roberts... ultra naturelle.



via GIPHY

« C'est à moi qu'tu parles », dans Taxi Driver

« C'est à moi qu'tu parles », dans Taxi Driver


« You talking to me » est l'une des phrases et des scènes les plus célèbres du cinéma américain. Le scénariste Paul Schrader explique que le scénario disait simplement : « Bickle se parle face à un miroir.»



via GIPHY

« On va avoir besoin d'un plus gros bateau », dans Les Dents de la mer

« On va avoir besoin d'un plus gros bateau », dans Les Dents de la mer


Encore une réplique emblématique du cinéma américain... qui fut improvisée.



via GIPHY

Le Joker applaudissant Jim Gordon, dans The Dark Knight

Le Joker applaudissant Jim Gordon, dans The Dark Knight


On le sait, Heath Ledger s'est complètement laissé transfigurer et emporter par le personnage du Joker. Alors que tous les policiers applaudissent Jim Gordon fraîchement nommé commissaire, le Joker applaudit lui aussi avec un air menaçant et franchement glaçant.



via GIPHY

Les questions sur les objets moldus, dans Harry Potter et la Chambre des secrets

Les questions sur les objets moldus, dans Harry Potter et la Chambre des secrets


Dans la version originale, Mark Williams (Arthur Weasley) demande à Harry Potter à quoi sert un canard en plastique exactement. Or, à chaque prise, il changeait sa réplique, sans savoir laquelle serait retenue.



via GIPHY

« Le bruit le plus agaçant du monde, tu connais ? », dans Dumb et Dumber

« Le bruit le plus agaçant du monde, tu connais ? », dans Dumb et Dumber


Dans ce film à l'humour bien gras, de nombreuses scènes ont été improvisées sous l'impulsion de Jim Carrey, dont on connaît les talents comiques. Ici, les réactions du passager, Mike Starr, sont 100 % naturelles.



via GIPHY

« Hum hum hum », dans Le loup de Wall Street

« Hum hum hum », dans Le loup de Wall Street


Martin Scorcese est un réalisateur connu pour laisser beaucoup de place aux improvisations de ses acteurs. Dans cette scène du déjeuner d'affaires, Matthew McConaughey apprend à Leonardo di Caprio une chanson rituelle un peu étrange et totalement improvisée.



via GIPHY

Le fou rire dans Will Hunting

Le fou rire dans Will Hunting


Pour aider Matt Damon à se confier, Robbie Williams, qui joue le rôle d'un thérapeute, lui raconte une anecdote amusante sur sa femme. Une histoire qui n'était pas du tout prévue dans le scénario et qui a fait exploser de rire tout le plateau de tournage !



via GIPHY

« Here's Johnny », dans Shinning, dans Shinning

« Here's Johnny », dans Shinning, dans Shinning


Si on ne devait retenir qu'une phrase du chef d'œuvre de Stanley Kubrick, ce serait sans doute « Here's Johnny », qui fut pourtant totalement improvisée par Jack Nicholson.



via GIPHY

La scène finale dans Lost in Translation

La scène finale dans Lost in Translation


Dans le scénario, Scarlett Johansson et Bill Murray devaient simplement s'étreindre avant de se dire adieu. Pourtant, l'acteur a glissé un mot à l'oreille de sa partenaire et on voit ensuite le couple s'embrasser. Ce qu'il lui a dit reste l'un des plus grands secrets des plateaux de tournage.



via GIPHY

La chute de l'immeuble dans Die Hard, Piège de Cristal

La chute de l'immeuble dans Die Hard, Piège de Cristal


Vous vous rappelez sûrement de la scène où Alan Rickman tombe du toit de l'immeuble ? Il était convenu qu'il tomberait sur un airbag 7 mètres plus bas après avoir compté jusque 3. Mais afin d'obtenir la réaction parfaite de l'acteur, le réalisateur John McTiernan l'a poussé après avoir compté jusque 1 seulement.



via GIPHY

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans