Johnny Hallyday, ses douleurs et ses zones d’ombres

Johnny Hallyday, ses douleurs et ses zones d’ombres © Isopix

Johnny Hallyday avait tout pour plaire, mais il n’était pas parfait. Personne n’est dupe : si le chanteur a voulu être enterré à Saint-Barthélémy, un paradis fiscal, c’est bien pour fuir le fisc et éviter à ses descendants de payer l’impôt sur la succession.

Toute sa vie, Johnny aura joué à cache-cache avec le fisc. Le « pauvre » Johnny (aux 100 millions de disques vendus) affirmait régulièrement qu’il était fauché. La star du rock était aussi dépensière qu’infidèle. On le disait aussi porté sur l’alcool et les drogues. Enfin, avant de devenir le chanteur français le plus adulé, Johnny avait connu l’abandon enfant. Retour sur les zones d’ombres de Johnny Hallyday.

Son père, Léon Smet

Son père, Léon Smet © Belga

Le père de Johnny, Léon Smet, n’était pas un personnage sympathique. Né à Schaerbeek, Léon est comédien puis réalisateur à la télévision. Quand Johnny (Jean-Philippe Smet) a 6 mois, Léon l’abandonne et laisse Huguette se débrouiller seule.

Johnny ne s’en remettra jamais. Il dira à un journaliste de Telerama : que son père était « alcoolique, séducteur, incontrôlable. Chaque fois qu’il avait un boulot, il le perdait. De lui, je n’ai connu que les pires aspects. L’abandon petit, puis les factures ou les frais d’hôpitaux à régler, la déchéance. On le trouvait ivre mort, écroulé au milieu de la rue. C’était dur, douloureux de n’avoir que ça de lui. Le manque de père a hanté ma vie». En 1989, quand Léon Smet est enterré Bruxelles, Johnny est seul face au cercueil.


Un père vénal

Un père vénal © Photonews

Léon Smet n’était pas seulement irresponsable, il était aussi vénal. En 1965, Johnny Hallyday, 22 ans, fait son service militaire en Allemagne. Un jour, on avertit Johnny que son père, Léon Smet, l'attend devant la caserne. Johnny se jette dans ses bras et au même moment, des photographes mitraillent la rencontre entre le père et le fils.
Plus tard, Johnny découvrira la triste vérité : son père avait accepté 5000 francs pour que ces photographes puissent assister aux retrouvailles.

Sa mère célibataire

Sa mère célibataire © Photonews

Quand Léon Smet quitte sa compagne, Huguette Clerc, Johnny n’a que six mois. Sa mère travaille comme «mannequin cabine» pour des couturiers. Impossible pour cette jeune célibataire de s’occuper de son bébé, Jean-Philippe Smet. La star de la chanson ne retrouvera véritablement sa mère qu’à l’âge de 55 ans. Huguette, malade, vient alors s’installer à Paris chez son fils. Johnny confiera : « Elle était paralysée, alors on s’en est occupé, avec Laeticia. Cela m’a permis de rattraper le temps perdu. »

Sa tante Hélène

Sa tante Hélène © Isopix

Johnny a vécu son enfance chez la sœur de son père, Hélène Mar. Ancienne cantatrice en Belgique, Hélène a ensuite épousé un prince éthiopien, Jacob. Johnny Hallyday aimait beaucoup ses cousines, les danseuses Desta et Menen. De sa tante, il dira : « j’étais le petit garçon qu’elle n’avait pas eu.»

Sylvie et Johnny, les rumeurs du divorce

Sylvie et Johnny, les rumeurs du divorce © Isopix

Couple emblématique de la chanson yéyé, Sylvie et Johnny ont été mariés durant 15 ans. Pourtant, en 1966, dès la deuxième année de leur mariage, Sylvie Vartan voulait divorcer. Le 14 août 1966, elle avait accouché d’un petit garçon, David, alors que Johnny était en tournée. Très vite, la rumeur enfle. Le 6 septembre, le journal Ici Paris titre : « Incroyable on parle déjà de divorce ».  En réalité, Johnny ne va pas bien. Il est à bout, trop de concerts et d’excès, sans doute. De plus, le chanteur est poursuivi par le fisc.

La tentative de suicide

La tentative de suicide © Photonews

Suite aux rumeurs de divorce, Johnny Hallyday fait une tentative de suicide le 10 septembre 1966. Son secrétaire, Ticky Holgado (devenu acteur par la suite) trouve Johnny dans la salle de bains de son appartement. L’idole des jeunes a avalé des barbituriques et s’est ouvert les veines du poignet.

Après un mois de convalescence, Johnny retrouve le moral auprès de Sylvie Vartan. La chanteuse dira : « Nous avons un métier passionnant, dans lequel nous sommes complices. Dans ce domaine nous avons beaucoup de chose à partager. Nous sommes comme frère et sœur. C'est très important pour ce que l'on a à se dire et pour la durée de notre couple ».

Photo : Johnny et Sylvie, janvier 1966. Photonews

Accusé de viol et blanchi

Accusé de viol et blanchi © Photonews

En 2003, une certaine Marie-Christine Vaud dépose plainte pour viol contre Johnny Hallyday. Johnny jure qu’il est innocent. La jeune femme prétend que le viol a eu lieu le 23 avril 2001, après un repas arrosé sur un yacht au large de Cannes. Le procureur de Nice annonce l’ouverture d’une information judiciaire contre X pour viol.  Le scandale éclate. Au final, l’enquête aura démontré que Marie-Christine Vaud travaillait sur le fameux yacht et qu’elle avait monté un coup pour obtenir de l’argent du chanteur. En 2006, Johnny Hallyday obtient un non-lieu. Il n’a pas été mis en examen.

La drogue

La drogue © Photonews

Dans les années 70, Johnny mélange les excès: alcool et coke.
«  Dans les parties à Londres, il y avait des bols de coke. C’était une chose normale. Un jour, je me suis réveillé, je me suis regardé dans la glace, j’étais gris. Je n’en ai plus touché », raconte le chanteur à l’auteure de sa bio, Amanda Sthers.

Loin de son fils

Loin de son fils © Belga - EPA

Avec son fils David Hallyday, les relations étaient orageuses. A la naissance de David, Johnny est jeune : « j'avais 22 ans, dit le chanteur. « Je sortais du service militaire. Puis David a fait ses études et il a vécu à Los Angeles alors que moi je vivais en France ».
En 1993 (photo), Johnny Hallyday célèbre ses 50 ans en montant sur scène avec David au Parc des Princes devant 60 000 fans. En 1999, père et fils se retrouvent et enregistrent un album. L’une de leurs chansons, composée par David Hallyday, raconte : « On se ressemble sang pour sang ».

Nanette Workman, une de ses maîtresses

Nanette Workman, une de ses maîtresses © Isopix

"Aucun mec ne peut baiser que sa femme" confiait Johnny à son ami Yarol Poupaud (phrase reprise dans une biographie du chanteur). Dès son premier mariage, Johnny Hallyday est infidèle. En 1972, la star habite avec l'une de ses choristes, Nanette Workman.
Cependant, Sylvie ne le quitte pas immédiatement. Johnny dira :
« Ma relation avec Nanette fut autodestructrice. (...) Nous avons rompu à temps. J'ai tenté de reconquérir Sylvie. Sans succès. J'étais allé trop loin. (...) Nous nous sommes réconciliés un an plus tard, mais cette blessure, trop profonde pour être cicatrisée, sera la véritable raison de notre divorce en 1980 ».

Photo : Céline Dion chante avec Nanette Workman. Isopix.

Premières tricheries avec le fisc

Premières tricheries avec le fisc © Photonews

Dès les premiers succès, Johnny engrange beaucoup d’argent et attire l’attention du fisc. En 1975, le couple Johnny et Sylvie Hallyday quitte la France et les impôts pour vivre à Los Angeles.
L'administration fiscale l’a fait condamner à de la prison avec sursis. Johnny Hallyday doit rembourser 100 millions de francs d'arriérés. Il ne payera cette somme à l’état que dans les années 1990.

Photo : Sylvie et Johnny Hallyday sur scène au Québec en 1975.

Johnny, délinquant fiscal

Johnny, délinquant fiscal © Photonews

Habitué à tricher avec l’argent, Johnny a vite mis en place des montages d'optimisation fiscale. En 2004, Johnny se sépare de sa maison de disques Universal, qu’il accuse de profiter de sa désastreuse situation financière.
En 2006, la star du rock tente d’obtenir la nationalité belge (en souvenir de son père, disait-il, alors qu’il voulait devenir résident à Monaco, paradis fiscal pour les non Français) sans succès. Johnny décide de s’exiler en Suisse. Malgré tout, il doit payer en France des impôts sur ses revenus français.

En 2011, le fisc lui impose un redressement de 9 millions d'euros. Comme d’habitude, Johnny essaie d'échapper au paiement, mais il reçoit une majoration du redressement de 80% pour "abus de droit". Pour garder les rennes de ses sociétés en famille, Johnny nommera comme présidente d’une holding Elyette Boudou, la grand-mère de Laeticia.  

Enfin, le « pauvre » Johnny (aux 100 millions de disques vendus) affirmait régulièrement qu’il était fauché. Pourtant, il possédait de grosses voitures de collection, un jet privé, un yacht, un chalet à Gstaad, une maison à Los Angeles, une autre à Marnes, et une autre encore à Saint Barthélémy… Johnny Hallyday était-il couvert d'hypothèques ? Il menait en tout cas grand train.

Enterré à Saint-Barth

Enterré à Saint-Barth © Photonews

C’est sur l’ile des milliardaires, à Saint-Barth, que Johnny a voulu être enterré. Le fisc sait pourquoi : dans ce paradis fiscal, les descendants de Johnny échapperont à l’impôt sur la succession.
En 2016, Johnny Hallyday était classé, selon le magazine Capital, deuxième des chanteurs français les mieux payés, avec 16 millions d’euros de revenus. Ces dernières années, Johnny Hallyday et Laeticia étaient devenus résident fiscal aux Etats-Unis. Ils avaient fait construire une maison en 2008 à Saint-Barthélemy, petite île des Antilles françaises, qui offre d’importants avantages fiscaux à ses résidents.

Lisez le portrait de Laeticia Hallyday, 22 ans d’amour avec Johnny

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans