Emilie Dequenne : Une carrière prisée teintée de réalisme

Il y a parfois quelques perles, quelques pépites qui sortent du lot et qui se démarquent par leur talent. L’actrice belge, Emilie Dequenne, en fait partie. Au travers d’une carrière impressionnante partagée principalement entre le grand écran, le petit écran et les planches du théâtre, elle nous renvoie souvent vers un cinéma touchant et fortement ancré dans le réel. Il devient dès lors presque impossible d’évoquer toute sa filmographie tellement celle-ci est riche et vaste. Nous vous invitons à regarder d’un peu plus près ce qui n’est qu’un échantillon de ses apparitions dans nos salles obscures.

Mais avant cela, retrouvez également tous le palmarès et nos vidéos des Magritte 2018, cérémonie au cours de laquelle Emilie Dequenne fut récompensée par le Magritte de la meilleure actrice pour son rôle de Pauline dans "Chez nous" réalisé par Lucas Belvaux.

Rosetta (1999)

Rosetta (1999) © Photo News


C’est en 1998, après avoir répondu à un casting des frères Dardenne qu’Emilie Dequenne fut choisie parmi pas moins de 2000 candidates pour interpréter le rôle de Rosetta. Ce film réaliste aux allures de documentaire reçut la Palme d’Or à Cannes en 1999. Il retrace la vie d’une jeune fille de 18 ans nommée Rosetta qui vient de perdre son emploi et qui devra mener un combat difficile pour en trouver un autre.

Ce film valut à l’actrice le prix d’interprétation féminine au festival de Cannes la même année.

Le pacte des loups (2001)

Le pacte des loups (2001)


Sa carrière lancée, elle reçoit beaucoup de scénarios et choisit parmi eux « Le Pacte des Loups » film en costume réalisé par Christophe Gans. Elle y incarne le rôle de Marianne de Morangias et y partage l’affiche avec d’autres acteurs de renom comme Vincent Cassel, Jérémie Renier ou encore Samuel Le Bihan. Christophe Gans nous conte ici l’histoire de la bête du Gévaudan qui dévora et terrifia les habitants de la région des années durant. Personne ne sait ce qu’est réellement cette « bête » ni d’où elle vient, vous trouverez la réponse en regardant le film.



À noter qu’Emilie Dequenne fut récompensée au festival de Cabourg par le Swann d’Or de la révélation féminine pour son rôle dans le « Le Pacte des Loups ».

Mariée mais pas trop (2003)

Mariée mais pas trop (2003)


On retrouve Emilie en 2003 dans cette comédie rafraichissante de Catherine Corsini. Elle y incarne, Laurence, une femme de 20 ans qui cherche le grand amour. Une quête pas toujours simple où elle sera conseillée et « dé »-formée par sa grand-mère dont le rôle est interprété par Jane Birkin. Du côté masculin, on retrouve au casting Clovis Cornillac et Pierre Richard.

L'équipier (2004)

L'équipier (2004) © Isopix


Un an plus tard, c’est au côté de Sandrine Bonnaire et de Philippe Torreton qu’on a la chance de la revoir dans ce film de Philippe Loiret. Autour du phare de la Jument, situé à Ouessant, vient s’entremêler une histoire d’amour et d’amitié sublimée par de très bons acteurs. C’est le thème du secret de famille qui se révèle être au centre de « L’équipier ».


Pour ce long métrage, Emilie Dequenne fut nommée pour le prix du meilleur second rôle féminin aux Césars 2005.

La fille du RER (2009)

La fille du RER (2009)


Inspiré d’un fait divers, qui fut à l’époque surmédiatisé et récupéré par les partis politiques.  Ce drame d’André Téchiné raconte l’histoire d’une femme, interprétée par Emilie Dequenne, qui dit avoir été victime d’une agression antisémite sur une ligne RER. Celle-ci fut récompensée par le Swann d’or de la meilleure actrice au festival de Cabourg pour son rôle de Jeanne. Emilie est entourée au casting par entre autres Catherine Deneuve, Nicolas Duvauchelle, Michel Blanc et Mathieu Demy.

A perdre la raison (2012)

A perdre la raison (2012) © Isopix


Réalisé par le belge Joachim Lafosse, ce film coup de poing est librement inspiré d’un fait d’hiver qui ébranla la Belgique il y a un peu plus de dix ans : le quintuple infanticide commis par Geneviève Lhermitte en 2007. Le metteur en scène a voulu nous conter à travers différents prismes comment une personne à la base normale peut en arriver à perpétrer un acte si tragique et monstrueux. Emilie Dequenne, épaulée par l’acteur Tahar Rahim, y joue le rôle de la mère de famille, un rôle fort, profond et poignant qui valut à l’actrice de nombreux prix dont le prix d’interprétation féminine au festival de Cannes dans la catégorie « Un certain regard », le prix FIPRESCI de la meilleure actrice dans un film de langue étrangère au festival de Palm Springs, et le prix de la meilleure actrice au Magritte du cinéma.

Pas son genre (2014)

Pas son genre (2014) © David Koskas


Le film est adapté d’un roman éponyme de Philippe Vilain et reste le premier long métrage d’Emilie Dequenne sous la coupe du réalisateur belge Lucas Belvaux. Elle y incarne Jennifer, une jeune femme coquète en quête d’amour, une femme accomplie qui sait ce qu’elle veut et qui sait ce qu'elle cherche. Elle retrouvera pour lui donner la réplique un homme style intello aux accents de philosophe parisien, joué par Loïc Corbery. Elle fut récompensée par le Swann d’or de la meilleure actrice au festival de Cabourg et par le prix de la meilleure actrice au Magritte du cinéma. Nous vous invitons à découvrir ici l’interview qu’elle nous avait accordé dans le cadre de la sortie de « Pas son genre » en 2014.

Maman a tort (2016)

Maman a tort (2016) © Isopix


C’est dans cette comédie dramatique du réalisateur Marc Fitoussi, qu’Emilie Dequenne joue le rôle disgracieux et cloisonné d’une mère de famille en poste dans une compagnie d’assurance. Sa fille, jouée par Jeanne Justin qui participe à un stage d’observation dans l’entreprise de sa maman, sera par la même occasion plongée dans le monde des adultes. Elle sera confrontée à la réalité d’un monde du travail lâche où les responsabilités qui nous incombent nous poussent parfois à manquer d’humanité.

Chez nous (2017)

Chez nous (2017) © Isopix


Ce drame engagé, réalisé par Lucas Belvaux, a été écrit par ce dernier et par Jérôme Leroy. C’est la première collaboration de Lucas Belvaux à l’écriture. Il voulait quelqu’un du nord qui connaisse la situation politique de cette région de France pour ne pas raconter n’importe quoi. Le film nous propose l’histoire de Pauline infirmière à domicile, une femme qu’on aime et sur laquelle on peut compter. Elle sera approchée par les dirigeants d’un parti extrémiste qui verront en elle la figure populaire parfaite pour représenter leurs idées. Emilie Dequenne vient d’être récompensée pour ce film par le Magritte du cinéma de la meilleure actrice.

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans