Plusieurs choses à savoir sur Blade Runner 2049

Laissez-vous emporter par ce voyage hypnotique en l’an 2049 dans un Los Angeles aux décors angoissants, épurés et sombres. Des batîments gigantesques, mégalopoles oppressantes dirigées par de grandes corporations. Cette suite, réalisée par Denis Villeneuve, vous permet de prolonger le plaisir procuré par le « Blade Runner » de Ridley Scott sorti il y a 35 ans qui fut lui-même largement et librement inspiré du roman « Les androïdes rêvent-il de moutons électriques ? » de Philippe K. Dick. Le film est en course pour les « Oscars » avec pas moins de 5 nominations dont la meilleure direction artistique, les effets spéciaux, le montage sonore, le mixage sonore et la meilleure direction photo.

Gagnez une Playstation 4 à l'occasion de la sortie de "Blade Runner 2049" dans notre catalogue VOD !

Mais qu'est-ce qu'un 'blade runner' ?

Mais qu'est-ce qu'un 'blade runner' ? © Isopix

Tout commence en 2019, sur une terre ravagée par la guerre où les rapports humains sont quasi inexistants. Une grande partie de la faune a disparue, le peu d’animaux qui existent encore sont robotisés. Les humains quant à eux, ont pour une grosse part migré vers d’autres planètes. Des androïdes « esclaves »  nommés « Réplicants », ressemblant comme deux gouttes d’eau à des êtres humains, ont été créés par la société Tyrell Corporation dans le but unique d’aider à la colonisation de planètes hostiles. Ceux-ci traités comme des esclaves commencent à prendre conscience de leurs conditions de vie misérables et décident de se rebeller. À la suite de plusieurs soulèvements sanglants, « Les Réplicants » furent bannis et interdits de séjour sur Terre. Une unité spéciale fut mise sur pied et chargée de les traquer et de les éliminer : les Blade Runners. 

Dans cette suite de Denis Villeneuve, on retrouve comme ‘blade runner’ K. interprété par Ryan Gosling qui lors d’une de ces enquêtes fera une découverte incroyable qui risquerait de bouleverser le cour de l’humanité. Il retrouvera au cours de son périple Harrison Ford, alias Deckard qui interprète toujours son rôle de ' blade runner" solitaire à la personnalité mystérieuse que l'on a découvert dans le premier opus.

Quelques prérequis

Quelques prérequis © Steven Vaughan / Capital Pictures/ Photo News

Outre le fait qu'il puisse être plus qu'intéressant de revoir le chef d'oeuvre de Ridley Scott. Pour ceux qui maitrisent la langue de Shakespeare, il est également intéressant de prendre le temps de regarder ces 3 courts métrages qui viennent combler les 30 ans qui séparent les deux films.




" Black Out 2022 "  un court métrage d'animation réalisé par Shinichiro Watanabe

" 2036 : Nexus Dawn " réalisé par Luke Scott qui n'est autre que le fils de Ridley Scott

" 2048 : Nowhere to Run " réalisé égalemet par Luke Scott

Denis Villeneuve, la science-fiction a-t-elle trouvé son nouveau maître ?

Denis Villeneuve, la science-fiction a-t-elle trouvé son nouveau maître ? © Photo News

Le réalisateur québecquois, à tout juste 50 ans, a réussi le pari fou de donner une suite au « Blade runner » de Ridley Scott. Pari réussi ? Ce sera à vous de juger. Toujours est-il qu’on y savoure tous les ingrédients qui ont fait le succès du film original avec en plus un casting impressionnant. On retrouve entre autres Ryan Gosling, Harrison Ford, Robin Wright, Jared Leto et Sylvia Hoeks.  Récemment Denis Villeneuve nous a gratifié par son talent de réalisateur, de très bons films comme « Prisoners »,          « Enemy », « Sicario » et dernièrement   « Premier contact » qui marqua son entrée de manière remarquable dans le long métrage de science-fiction ! Il est bon de savoir que Denis Villeneuve prépare actuellement une ré-adaptation cinématographique du roman « Dune » de Frank Herbert. Une première tentative avait été effectuée en 1984 par David Lynch pour laquelle beaucoup s’accorde à dire que ce n’était pas son meilleur film.

A lire aussi : Ryan Gosling au sommet du succès

L’esthétique sonore et visuelle

L’esthétique sonore et visuelle © Soundworks Collection Warner Bros Colombia Pictures

Alors que le film de Ridley Scott a bénéficié d’un travail sonore conséquent signé  ‘Vangelis ‘, « Blade Runner 2049 » n’échappe pas à la règle. Cette-fois, certes il ne s’agit plus de 'Vangelis' mais le design sonore tout aussi immersif contribue à l’ambiance dérangeante du film et se rapproche fortement de l’original. L’estéthique visuelle et sonore font d’ailleurs partie prépondérante de « Blade Runner 2049 ». Ce n’est pas pour rien que celui-ci est reçu pour plusieurs nominations aux « Oscars ». Villeneuve avait décidé de collaborer dans un premier temps avec  le compositeur Johann Johannsson, malheureusement décédé il y a quelques jours, avec qui il avait déjà travaillé notamment sur   « Arrival ». Il décida par la suite de changer et de faire appel à Hans Zimmer et Benjamin Wallfisch, il en explique les raisons à Al Arabiya English : « La chose que je dirais est que faire des films c’est comme un laboratoire. Tu ne peux pas planifier les choses. Johann Johannsson est un de mes compositeurs contemporains favoris. C’est un très bon artiste. Mais le film avait besoin de quelque chose de différent et j’avais besoin de revenir à quelque chose de plus proche de ‘Vangélis’. Johann et moi avons décidé que j’avais besoin d’aller dans une autre direction. C’est pour ça que je dirais que j’espère pouvoir retravailler avec lui car je pense que c’est réellement un compositeur fantastique ». Un petit documentaire  de 13 minutes réalisé par Michael Coleman pour Soundworks Collection et nommé « The sound of Blade Runner 2049 » nous explique les procédés de création et les éléments qui ont inspiré la construction de cette véritable expérience sonore. Si vous êtes adepte de la langue de Shakespeare, n’hésitez pas à regarder ici le documentaire. À souligner que l’estéthique visuelle et sonore vont ici de pair et que de nombreuses fois vous vous retrouvez devant un tableau de grand-maître.

Faut-il avoir vu Blade Runner pour comprendre Blade Runner 2049 ?

Faut-il avoir vu Blade Runner pour comprendre Blade Runner 2049 ? © Warner Bros

Il s’agit d’une question difficile et le fait de se la poser n’est pas inutile tant l’œuvre est magistrale. Y répondre n’est donc pas aisé car il s’agit d’une œuvre d’art à part entière qui peut s’apprécier comme tel, comme un instant de contemplation d'une possible vie future. Nous sommes littéralement plongé devant une toile de maître à nous laisser aspirer par l’ambiance et les détails esthétiques tant sonores que visuels, si bien que l'on se demande au bout du compte : "Où le peintre a-t-il voulu nous mener?". Cependant, il semble indéniable que d’avoir vu le premier film de Ridley Scott vous aidera à vous plonger plus facilement dans l’atmosphère générale si unique et si envoutante de ce film, cela vous permettra également de comprendre certaines références dont nous fait part Denis Villeneuve tout au long de l'histoire.

A lire aussi : Ridley Scott pense à un troisième film pour Blade Runner

Blade Runner en jeu video

Blade Runner en jeu video © Westwood Studios Virgin interactive

"Blade Runner" premier du nom fut aussi l'objet d'une adaptation vidéo ludique de quoi ravir les amateurs de l'époque et d'aujourd'hui. Le jeu a certes un peu vieilli mais retranscrit parfaitement l'univers et l'ambiance du film original. Il est maintenant disponible en abandonware sur le net (donc téléchargeable gratuitement sur un site qui propose des abandonware) de quoi encore plus vous donner l'envie d'y jeter un oeil ! On se retrouve dans la peau de Mc Coy, un 'blade runner', qui se voit confier une enquête suite à un carnage dans une animalerie. Il est à noter que dans ce jeu qui avait reçu à l’époque un excellent accueil critique, vous pouvez modifier votre humeur ce qui influera grandement sur les événements sachant que le jeu comporte pas moins de 8 fins différentes ! 

Concours : Grâce à l'arrivée de Blade Runner 2049 dans notre catalogue VOD, tentez votre chance pour gagner une Playstation 4 !

A lire aussi : "Altered Carbon", une série cyberpunk qui nous rappelle Blade Runner


Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans