Joaquin Phoenix, l’oiseau fabuleux du cinéma

Un alcoolique tombé très bas renait après une descente aux enfers et devient un artiste apprécié. Joaquin Phoenix est dirigé par Gus Van Sant dans le film "Don’t Worry, He Won’t Get Far On Foot” qui sort en salle le 18 avril. Ce rôle difficile confirme une fois encore le talent de Joaquin Phoenix.

Joaquin Phoenix, l’oiseau fabuleux du cinéma © Piero Oliosi/Polaris/Photonews


Dans "Don’t Worry, He Won’t Get Far On Foot”, Phoenix se métamorphose en paraplégique. L’acteur incarne John Callahan, un artiste qui, dans les années septante, a réussi à surmonter alcoolisme et handicap en devenant dessinateur de comics. Séduit par la vision de Gus Van Sant, Phoenix s’empare du personnage de Callahan : « je sentais que la façon dont Gus utiliserait l’animation (les dessins de Calahan) dans le film était réellement intéressante ». Ce film a été présenté au Sundance Film Festival et en compétition à la Berlinale 2018.

Van Sant et Phoenix

Van Sant et Phoenix © Isopix/Collection Christophel

Après avoir bouclé 16 longs-métrages (dont "My Own Private Idaho", "Will Hunting" et "Elephant", Palme d’Or à Cannes), le réalisateur Gus Van Sant désirait travailler à nouveau avec Joaquin Phoenix, qu’il avait dirigé en 1995 dans "Prête à tout" face à Nicole Kidman. A nouveau réunis, Phoenix et Van Sant font des étincelles.

Photo : "Prête à tout", avec Nicole Kidman et Joaquin Phoenix. Photo: Collection Christophel /Isopix

En chaise roulante

En chaise roulante © Amazon studio

Bouleversant de vérité, vissé sur une chaise roulante, l’acteur impose son jeu tout en nuances, traversant une série d’étapes, les affres de l’alcool, la rééducation physique, l’apprentissage de l’abstinence, jusqu’à la renaissance. Malgré la difficulté du sujet, qui pourrait verser dans le sordide, Van Sant et Phoenix (avec de solides partenaires, les chanteuses Beth Ditto et Kim Gordon, mais aussi Jack Black et Udo Kier) réussissent à maintenir la tension entre le rire et les larmes et à délivrer un film déchirant.

Rooney et Joaquin: le couple

Rooney et Joaquin: le couple © Amazon studio

Après plusieurs versions de scénario et une rencontre avec John Callahan, Gus Van Sant a finalisé « Don’t Worry, He Won’t Get Far On Foot”. Son film relate la descente aux enfers de Callahan qui se retrouve paralysé après une nuit de beuverie et un accident de voiture. Au cours de sa lutte pour décrocher de l’alcool, aidé par une femme solaire (Rooney Mara, l’actrice est également la compagne de Joaquin Phoenix à la ville) et par son parrain des Alcooliques Anonymes, Donnie (Jonah Hill), John Callahan se découvre un talent de dessinateur satirique: il dessine un crayon vissé entre ses deux mains.

Palette de talents

Palette de talents © (Cannes en 2017) Mehdi Chebil/Photonews

Que ce soit dans "Gladiator", "Two lovers", "The Master", "Her", "The Yards", "L'homme irrationnel" ou "A Beautiful Day" (pour lequel il décroche le Prix d'interprétation masculine à Cannes en 2017), Joaquin Phoenix nous avait déjà dévoilé l’étendue de son talent et… de son plumage. Cette fois, l’acteur déploie encore ses ailes (qui semblent s’accroitre à chaque mue) et, malgré la paralysie qu’il endosse avec une aisance singulière, Joaquin s’envole tel le fabuleux Phénix sous nos yeux admiratifs.

V. N.

Regardez les meilleurs films indépents sur SundanceTV. Cette chaîne disponible dans l'offre Entertainment de Proximus TV : chaîne numéro 203 (sous-titrage en français).

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans