Ces films qui ont fait fuir le public

Dans 'The House that Jack Built', Matt Dillon joue le rôle de l’impitoyable tueur en série Jack. Ce sujet a un air de déjà-vu au cinéma, mais le réalisateur Lars Von Trier l’a abordé avec un film particulièrement violent et oppressant. Les réactions sur les médias sociaux ont témoigné d’un profond dégoût. Au festival de Cannes, des spectateurs ont quitté la salle durant la première.

Ces films qui ont fait fuir le public © Isopix

Les spectateurs qui ont apprécié l’histoire de Jack estimaient que ceux qui avaient quitté la salle avaient fait preuve de maniérisme : ‘Lorsque vous allez voir un film sur un tueur en série, vous savez à quoi vous attendre’, expliquaient-ils. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas la première fois que le public réagissait avec abomination lors d’une projection : les films suivants ont aussi fait fuir une partie du public.

Antichrist

Antichrist © Isopix

Lars Von Trier n’en est pas à son coup d’essai. Sa propre dépression lui a inspiré la réalisation d’Antichrist, un drame sur un couple qui tente d’accepter la mort de son bébé et qui part vivre dans une cabane dans les bois après une thérapie ratée. Charlotte Gainsbourg et Willem Dafoe jouent les rôles principaux. Rapidement, les deux personnages sont la proie d’hallucinations et de cauchemars. Des scènes de mutilation génitale, de meule et de renard qui mange ses propres viscères ont fait tomber des spectateurs dans les pommes et incité d’autres à quitter la salle, dégoûtés.

Grave

Grave © Isopix

La réalisatrice française Julia Ducournau a tourné le film Grave. Ce film d’horreur sorti il y a deux ans raconte l’histoire de Justine, une étudiante en médecine vétérinaire qui, par amour pour les autres êtres vivants, ne mange pas de viande… jusqu’à ce qu’on l’oblige durant son baptême universitaire à avaler un foie de lapin cru. La jeune femme y prend goût et se demande pourquoi elle ne dégusterait pas un petit morceau de chair humaine. Elle se transforme ainsi en cannibale sanguinaire. Cela ressemble fort à un film gore très classique, mais durant le festival du film de Toronto, plusieurs spectateurs ont dû recevoir des soins médicaux parce que l’horreur était insoutenable pour eux. Julia Ducourneau était toute étonnée lorsqu’elle a appris cela lors d’une séance de questions-réponses au sujet du film.

Green Inferno

Green Inferno © Isopix

Ce n’était pas la première fois qu’un film sur des cannibales suscitait autant de dégoût. Eli Roth en connaît un rayon lorsqu’il s’agit de découper et de massacrer : il a signé les films de la série Hostel, dans lesquels des gens prennent un malin plaisir à partir à la chasse à l’homme. Green Inferno raconte l’histoire d’un groupe de gens qui se retrouvent entre les mains de cannibales après le crash de leur avion. Plusieurs spectateurs sont tombés dans les pommes durant les scènes où les victimes sont mutilées et dévorées.

Bite

Bite © Isopix

Lorsque l’organisateur d’une première distribue des sacs en plastique avant le début du film, vous savez à quoi vous en tenir. Le film Bite est un exemple du genre. Une future mariée subit une morsure durant son enterrement de vie de jeune fille. Elle se transforme alors en insecte. Deux personnes ont perdu connaissance durant la première, tandis qu’une jeune femme a dû utiliser abondamment son sac en plastique et un homme a dû se faire soigner après être tombé tête la première sur les escaliers en voulant courir hors de la salle.

The Exorcist

The Exorcist © Isopix

Personne ne le contestera : en matière de film d’horreur, The Exorcist est un chef-d’œuvre du genre. Aujourd’hui encore, ce film datant du début des années ’70 n’a pas pris une ride. Il a décroché pas moins de dix nominations aux Oscars, qui lui ont valu deux récompenses : pour le son est le scénario adapté. Mais à l’époque, tout le monde n’était pas prêt pour un tel spectacle d’horreur : de nombreux spectateurs ont quitté la salle durant la projection.

Mother!

Mother! © Isopix

Mother! Est un film d’horreur psychologique signé Darren Aronofsky. Les critiques qui ont donné leur avis sur le film peuvent grosso modo être répartis en deux groupes : ceux qui le trouvaient génial et les autres, qui l’ont qualifié de ‘dégoûtant’, ‘mauvais’ et de ‘petit film de rien du tout’. Quoi qu’il en soit : le film n’a laissé personne indifférent. Un couple reçoit une visite inattendue, et cet événement déclenche les scènes d’horreur les plus lugubres. Les gens ont notamment quitté la salle lors de la scène finale sanguinolente, et certains ont même demandé à être remboursés.

The Passion of the Christ

The Passion of the Christ

Mel Gibson a signé The Passion of The Christ en 2004. Il a ainsi porté à l’écran les sanglantes douze dernières heures de la vie de Jésus. Certains passages explicites ont cependant mis de nombreux spectateurs mal à l’aise. Visiblement, cela n’a pas ému Mel Gibson, qui travaille à la réalisation d’une suite consacrée à la résurrection.

The Human Centipede

The Human Centipede © Isopix

Personne ne sait ce que l’écrivain et réalisateurs néerlandais Tom Six avait avalé lorsqu’il a imaginé The Human Centipede, mais son cerveau a accouché d’une histoire de docteur psychopathe obsédé par l’idée de créer un mille-pattes humain. Il capture plusieurs personnes et les coud les unes aux autres. La suite ressemble à peu près à ce que les spectateurs de cinéma ont pu voir de plus sordide. Des salles entières ont donc eu la nausée devant le film, dont une suite a même été interdite au Royaume-Uni. Pour couronner le tout, un troisième film a suivi, dont Six disait qu’il était ‘le plus rigolo de tous’. Mais peu de gens partageaient son optimisme. De l’avis général, il était plutôt ‘encore plus mauvais que les deux autres’.

Irréversible

Irréversible © Isopix

Irréversible, un film avec Monica Belucci et Vincent Cassel sorti il y a quatorze ans et qui a reçu de bonnes critiques, n’y allait pas par le dos de la cuillère. Les spectateurs assistent au viol d’une femme dans un ordre antéchronologique. La scène du viol, particulièrement brutale, et la violence extrême du film, ont été accueillies avec aversion par le public.

Ich seh, Ich seh

Ich seh, Ich seh © Isopix

Le film d’horreur autrichien Ich seh, Ich seh, de 2014, a également fait couler beaucoup d’encre. Deux garçons voient revenir leur mère, qui a subi une intervention de chirurgie plastique. Du moins, ils pensent que c’est leur mère, mais il se pourrait bien que quelqu’un d’autre se cache sous les pansements ! Les spectateurs innocents sont littéralement terrifiés par l’horreur omniprésente. Le film a été sélectionné dans la catégorie du meilleur film non-anglophone aux Oscars, mais n’a pas été couronné. Il a cependant remporté plusieurs autres prix.

Envie d’un petit film ? Il y en a pour tous les goûts dans le catalogue À la demande de Proximus TV! Appuyez sur la touche On demand de votre télécommande

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans