Claudia Cardinale : ses 10 films culte

Dans les années soixante, Claudia Cardinale est la Bardot italienne. Son adorable visage fera 900 couvertures de magazines à travers le monde. Dès l’âge de vingt ans, elle enchaîne 4 films par an et collectionne les succès : "Cartouche", "Le Guépard", "Il était une fois dans l'Ouest", "Les Pétroleuses"… Sa voix rauque et sa joie de vivre ont marqué l’écran du 7e art.

Claudia Cardinale : ses 10 films culte © Isopix

Et dire que la jeune Claudia Cardinale, née en 1938 à Tunis, ne se destinait pas au cinéma mais à l’enseignement ! La star italienne est l’invitée d’honneur du BRIFF, le festival du film de Bruxelles qui a lieu du 20 au 30 juin. Retour sur la filmographie de Claudia Cardinale et les films qui nous ont marqués.

Le cinéma, non merci !

Le cinéma, non merci ! © Photonews

Née dans une famille d'origine sicilienne, Claudia Cardinale grandit à Tunis en Tunisie. L’enfant passe aisément du français, enseigné à l’école, à l’italien pratiqué en famille. A 17 ans, Claudia Cardinale remporte un concours de beauté un peu par hasard et gagne un voyage à la Mostra, le festival du film de Venise.

Le pigeon (1958)

Le pigeon (1958) © Isopix/Collection Christophel

L’adolescente, qui était "farouche, pudique, presque sauvage" se retrouve à Venise avec sa mère, « où mon bikini, sur la plage du Lido, a attiré l'attention des réalisateurs, que j'ai tout de suite éconduits. Un journal a même fait mon portrait en titrant 'La fille qui ne veut pas faire de cinéma'. Mais les sollicitations se sont multipliées. Mon père s'est mis à recevoir des tas de télégrammes et a fini par dire : pourquoi pas ?»

La belle tourne son premier film avec Mario Monicelli, "Le pigeon" (1958), aux côtés de deux futurs grands du cinéma italien, Vittorio Gassman et Marcello Mastroianni, qu’elle retrouvera dans deux autres films.

Meurtre à l’italienne (1959)

Meurtre à l’italienne (1959) © Isopix/Collection Christophel

L’expérience des plateaux plait à Claudia Cardinale. En 1959, Claudia tourne "Meurtre à l’italienne" de Pietro Germi. Le film est encensé par la critique. La débutante signe un contrat très strict (elle ne peut ni se marier, ni prendre du poids) avec le producteur Franco Cristaldi, qui va faire de sa protégée un véritable sex-symbol. Lorsqu’il apprend que la jeune Claudia est enceinte d’un homme qui l’a violée, Franco Cristaldi lui suggère d’accoucher incognito à Londres. Le garçon sera adopté par Cristaldi, qui deviendra l’époux de Claudia Cardinale en 1966.

Rocco et ses frères (1960)

Rocco et ses frères (1960) © Isopix / Collection Christophel

En 1960, le cinéaste Luchino Visconti repère le talent de Claudia Cardinale et lui offre un rôle dans son drame néo-réaliste, "Rocco et ses frères". Dans la peau de Ginetta, elle partage l’affiche avec Annie Girardot et Alain Delon, qu’elle retrouvera plus tard sur "Le Guépard".

La même année, Claudia fait partie du casting de "La fille à la valise", de Valerio Zurlini et c’est la consécration dans son pays : Claudia est récompensée par un trophée italien, le David di Donatello Award de la meilleure actrice.

Cartouche (1962)

Cartouche (1962) © Photonews

Comme Claudia parle parfaitement français, elle attire aussi les producteurs de l’hexagone et tourne une comédie de capes et d’épées, "Cartouche" aux côtés de la star montante du cinéma français, Jean-Paul Belmondo. Il joue le héros, un brigand fantasque et romantique. Claudia est adorable en Vénus, la compagne de Cartouche, qui se sacrifie pour sauver son amant.
L’actrice a eu un faible pour Belmondo. Sur le tournage, les deux stars s’embrassaient tellement que le réalisateur a dit « Arrêtez, les enfants ! »

Le succès du film de Philippe de Broca révèle Claudia Cardinale à l’étranger. Très vite, la jeune actrice accède au rang de star internationale : appelée par Hollywood elle entame le tournage du film de Henry Hathaway « Le plus grand cirque du monde » avec Rita Hayworth et John Wayne.

Huit et demi (1963)

Huit et demi (1963) © Isopix

Conseillée et bien entourée, Claudia Cardinale choisit ses films aussi bien pour la qualité de ses rôles que pour la réputation du réalisateur. Aussi, lorsque Federico Fellini l’invite à rejoindre son équipe en 1963, pour tourner "Huit et demi", Claudia n'hsite pas, même si Fellini n’a pas écrit de scénario ! Ce film deviendra culte pour les cinéphiles. Le héros et double de Federico Fellini n’est autre que Marcello Mastroianni, magnifique en cinéaste dépressif, plongé dans ses fantasmes. Amoureux de Claudia Cardinale, Mastroianni lui aurait déclaré sa flamme, mais elle l’aurait repoussé : « J'étais amoureux de toi, pourquoi n'as-tu jamais voulu me croire? »

Le Guépard (1963)

Le Guépard (1963) © Photonews/Isopix

Au festival de Cannes en 1963, un film fait sensation et décroche la Palme d’or : "Le Guépard". Le réalisateur italien Luchino Visconti a choisi un casting irréprochable: Claudia Cardinale et Burt Lancaster. Claudia tient le rôle d’Angelica Sedara, la fille du maire, qui tombe follement amoureuse du séduisant Tancrede, joué par Alain Delon. Réunis dans une fameuse scène de bal, Cardinale et Delon forment un couple mythique.

En 1963, Claudia accepte aussi un petit rôle dans la fameuse comédie "La panthère rose" de Blake Edwards avec Peter Sellers.

Il était une fois dans l'Ouest (1968)

Il était une fois dans l'Ouest (1968) © Isopix / Collection Christophel

Autre grand nom du cinéma à craquer pour la fabuleuse Claudia Cardinale : Sergio Leone. Le réalisateur lui offre le seul rôle féminin du film, celui de Jill McBain dans "Il était une fois dans l'Ouest". Claudia y campe une jeune veuve au grand cœur, face à Jason Robards, dit « le Cheyenne », Henry Fonda qui joue le méchant et Charles Bronson, un vengeur silencieux à l’harmonica. Ce chef-d’œuvre du genre western spaghetti remporte un énorme succès en Europe.

Les Pétroleuses (1971)

Les Pétroleuses (1971) © Isopix

Au début des années septante, Claudia tourne en français avec l’autre idole du cinéma, Brigitte Bardot, qu’elle aime beaucoup : « Mon actrice préférée, c'était Brigitte Bardot car elle dansait, chantait. Elle savait tout faire. Alors, je ne vous dis pas quand j’ai eu l’honneur de jouer à son côté dans "Les Pétroleuses" ! Les paparazzi ne quittaient jamais le plateau car il s’attendaient à ce que la blonde française BB et la brune italienne CC se disputent. Au contraire, avec Brigitte nous sommes devenues grandes amies : le tournage a été de la folie pure. » (interview au site Café Babel). En effet, le duo de pétroleuses fait mouche dans le film de Christian-Jaque, qui sera un nouveau succès. Quand les deux héroïnes hors-la-loi se cherchent la bagarre (Marie Sarrazin et Louise) c’est explosif !

La Scoumoune (1972)

La Scoumoune (1972) © Isopix

Dans "La Scoumoune", réalisé par José Giovanni, Claudia Cardinale retrouve Jean-Paul Belmondo. Elle est Georgia Saratov, il joue son ami, Roberto Borgo, surnommé "La Scoumoune", un dur qui anéantit ses adversaires pendant que son ami, Xavier Saratov, est condamné a vingt ans de prison.

Le Ruffian (1983)

Le Ruffian (1983) © Isopix / Collection Christophel

Parmi les nombreux films qu’elle a tournés dans les années 80 jusqu’à 2017, on se souviendra encore du film de José Giovanni, "Le ruffian". Avec Lino Ventura (photo) et Bernard Giraudeau, Claudia Cardinale y campe une « Baronne », patronne d’un bar, qui rejoint une bande de chercheurs d’or au Canada.

Après avoir divorcé avec le producteur Franco Cristaldi, Claudia Cardinale vivra avec le réalisateur Pasquale Squitieri de 1975 à 2013 et aura une fille prénommée elle aussi Claudia.

En 2017, le Festival de Cannes choisit Claudia Cardinale comme égérie sur son affiche, pour les 70 ans du Festival. La grande dame du cinéma a fêté ses 80 ans cette année. Elle sera l’invitée d’honneur du BRIFF à Bruxelles (20 au 30 juin).

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans