"Glow", une saison 2 décoiffante sur Netflix

Prenez une poignée de nanas au caractère bien trempé et jetez-les sur un ring. Faites-en des icônes du catch féminin. C’est le concept de "Glow", une série culottée qui s’inspire d’un show télé des années 80 sur le catch. L’improbable équipe féminine de "Glow", menée par Ruth Wilder (la géniale Alison Brie de "Mad Men") est de retour pour une deuxième saison tout aussi décoiffante que la première.

"Glow", une saison 2 décoiffante sur Netflix © Netflix - Erica Praise


"Glow" est une grande série, un peu foutraque et totalement jouissive. Derrière les codes et les chorégraphies du ring, les crêpages de chignons et les humiliations, surgit la revanche de femmes blessées. Une fable cocasse, un corps-à-corps avec les clichés de l’Entertainment.

Une série originale Netflix, disponible depuis le 29 juin sur Netflix.

Lisez aussi notre avis sur la saison 1 de "Glow"


Etoiles montantes

Etoiles montantes © Netflix - Erica Praise

Dans la première saison de "Glow", la troupe délurée de catcheuses surnommée Glow percutait la surface de nos écrans. Humour crasse, paillettes et lycra à gogo, cheveux laqués : le look des années 80 faisait fureur sur le ring.

Dans la saison 2 de "Glow", les héroïnes en maillot moulant deviennent des célébrités locales, avec tout ce que cela procure comme avantages et inconvénients. Des fans de tous bords les attendent à la sortie de leurs spectacles, pour le meilleur et pour le pire. Mais bientôt, une menace pèse sur leur succès récent : elle provient du puissant catch masculin.

Les vedettes

Les vedettes © Netflix - Erica Praise

Désormais alliées, Ruth et Debbie (Betty Gilpin), se lancent dans une saison d’un show télévisé produit par Sam. Les deux rivales affrontent de vieux démons qui touchent à leur amitié. On se souvient que dans la saison 1, Ruth avoue avoir couché avec le mari de son amie d’enfance, Debbie. Et voilà que Debbie la sublime se retrouve seule, en plein divorce, avec son bébé. Pas simple !

Débordante d’énergie, Ruth décide de prendre les choses en main et impose ses idées pour tourner un générique. Fatigué avant de débuter, Sam la laisse faire, jusqu’à ce qu’il voie le résultat.

12 catcheuses

12 catcheuses © Netflix - Erica Praise

Surnommées les « Sublimes dames du Ring », elles sont 12 catcheuses de tous bords, de toutes origines, de toutes tailles : Machu Picchu, Welfare Queen, Melrose, She Wolf, Zoya la Destructrice, Liberty Belle, Britannica, Beiruth la Bombe Folle, Fortune Cookie, Vicky the Viking… Chacune a une sacré personnalité et un costume digne d’une super héroïne. Même si elles ne sont pas vraiment pros, les lutteuses de »Glow » sont prêtes à tout pour réussir. Et surtout, elles veulent faire valoir leurs droits, à la ville comme au combat. Bientôt Los Angeles sera à leurs pieds.

Nouvelle recrue

Nouvelle recrue © Netflix - Erica Praise

Dans le premier épisode de la saison 2, Yolanda, une nouvelle recrue, déboule sur le plateau de tournage. Aucune des catcheuses de "Glow" n’a été mise au courant. Certaines réalisent qu’elles sont « remplaçables ». Les copines apprennent que Yolanda va reprendre le rôle de Junkchain.  Et que Sam a recruté la brunette en maillot jaune dans un bar à strip-tease. Qu’importe ! Yolanda suit la joyeuse troupe pour tourner le générique. Les filles mettent l’ambiance dans un supermarché.

Sam, le coach

Sam, le coach © Netflix - Erica Praise

Quant au coach de ces fabuleuses ladies, Sam (Marc Maron), il n’a pas bougé d’un poil. Il a toujours « la moustache remplie de coke » et le sourire du loup qui flaire la bonne affaire. Ceci dit, le vieux bougre vit maintenant avec sa fille adolescente qui ne lui laisse pas de répit.
Les vacances terminées, le réalisateur est plus stressé que jamais : il doit bosser sur le pilote de son show télé et préparer le planning des 20 semaines de tournage avec l’équipe de Glow. Des enjeux plus élevés, des combats plus coriaces et des crêpages de chignon encore plus dingues !

Les gars du plateau

Les gars du plateau © Netflix - Erica Praise

Autre nouveauté dans la saison 2 de "Glow" : une poignée d’hommes s’affaire désormais sur le plateau. Techniciens, accessoiristes, caméramans et producteurs de la chaîne locale KDTV veillent à ce que tout soit prêt pour tourner ce qu’ils annoncent comme le show télé de l’année. Si l’arrivée de certains mâles semble perturber la concentration des catcheuses, l’attitude des pontes du milieu va faire Une éclore une guerre des pouvoirs.

Prod de choc

Prod de choc © Netflix - Erica Praise

Pour créer cette série hilarante et décalée, qui donne un joli coup de poing dans les clichés racistes et sexistes, deux showrunneuses se sont alliées sur "Glow" : Liz Flahive et Carly Mensch. Les producteurs exécutifs sont également Liz Flahive, Carly Mensch mais aussi Tara Hermann et celle qu’on ne présente plus, Jenji Kohan (Orange is the new black). Bref, une série de femmes bien inspirées tient les rênes de "Glow".

Sans oublier la farandole d’actrices qui s’éclatent dans l’outrance et leurs inlassables gesticulations : Gayle Rankin, Rebekka Johnson, Kimmy Gatewood, Alison Brie, Sunita Mani, Mariana Palka, Ellen Wong, Jackie Tohn, Kia Stevens, Betty Gilpin, Kate Nash, Shakira Barrera, Britney Young…

Regardez la saison 2 de "Glow," disponible depuis le 29 juin 2018 en intégralité sur Netflix.

Choisissez Netflix comme bonus TV dans votre Tuttimus ou Familus pack et regardez ces séries directement sur votre TV (menu à la demande > series ou via la chaîne 204).

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans