Les réalisateurs les plus exigeants sur un tournage

Le métier d’acteur, un rêve ? On se fait pomponner, bichonner, chouchouter pendant des heures avant de tourner une scène et de repartir la fleur au fusil ? C’est sans compter l’exigence, voire parfois la tyrannie, de ces réalisateurs mythiques, qui ont tous marqué l’histoire du cinéma.

Alfred Hitchcock

Alfred Hitchcock © EPA


Sur les plateaux, Hitchcock était réputé pour être un sacré farceur. Avec un sens de l’humour bien personnel. Sur le tournage de « Psychose », Janet Leigh a par exemple eu la désagréable surprise de trouver un faux cadavre dans son vestiaire. Hystérique, horrifiée, elle s’est mise à hurler avant de croiser Alfred Hitchcock, hilare et visiblement très fier de sa petite blague. Sans parler du film « Les Oiseaux », pour lequel il a exigé que les scènes soient filmées avec de vrais animaux et non des reproductions mécaniques. Après 5 jours de tournage, l’actrice Tippi Hedren s’écroule d’épuisement et doit être hospitalisée pour une blessure à la paupière.



James Cameron

James Cameron © EPA


Difficile, intelligent et capricieux, James Cameron a la réputation de rabaisser les acteurs et équipes de tournage. Il s’est ainsi fait virer de la réalisation d’« Aliens » par sa propre femme, la productrice Gale Ann Hurd. C’est que le tournage s’est révélé tumultueux dès le début. Cameron n’arrêtait pas de crier sur tout le monde et d’exiger des acteurs des conditions de travail inhumaines. Sur le tournage d'« Abyss », Ed Harris raconte qu’un jour, il l’a forcé à enfiler un masque plein de liquide et à retenir son souffle tout en étant remorqué 30 pieds sous l’eau. De son côté,  l’actrice Mary Elizabeth Mastrantonio a fait une dépression nerveuse, craignant pour sa vie et sa sécurité lors du tournage des séquences sous-marines.



Stanley Kubrick

Stanley Kubrick © Belga


Les excentricités de Kubrick sur les plateaux de tournage ont façonné la légende qu'il est devenue. Sur « Spartacus », il faisait recommencer les mêmes scènes à Kirk Douglas et Jean Simmons des dizaines et des dizaines de fois. Idem dans « Shining » où Scatman Crothers a fondu en larmes quand le réalisateur lui a demandé de recommencer pour la 30ème fois la même prise. On raconte aussi que Shelley Duvall a perdu ses cheveux à force de se faire crier dessus par Kubrick qui l’épuisa psychologiquement, lui faisant recommencer une centaine de fois les scènes les plus anodines.



Francis Ford Coppola

Francis Ford Coppola © EPA


Sur le tournage d’« Apocalypse Now », film sur la guerre du Vietnam, le réalisateur avait initialement choisi Harvey Keitel. Mais comme il refusait de se plier à ses exigences, il l’a fait remplacer par Martin Sheen. Il força ce dernier à boire tous les jours plus que de raison, afin de correspondre au rôle et d’adopter l’expression faciale idéale dans la scène d’ouverture. Cette consommation d’alcool effrénée mena l’acteur à la crise cardiaque ! Pas de quoi inquiéter Coppola, qui refusa d’informer la production pour ne pas perdre ses financements. Dépassé par de nombreux ennuis de tournage, le metteur en scène sombre dans un état de folie psychotique. Quand Coppola boucle le tournage et rentre aux États-Unis, il est accompagné de 250 heures d'images. Il faudra encore deux ans de montage pour que le film sorte en salle en 1979 et remporte une Palme d’Or au festival de Cannes.



Lars Von Trier

Lars Von Trier © EPA


Lars von Trier est l’un des cinéastes les plus controversés aujourd’hui, notamment en raison de ses positions pro-nazis… Pour son film le plus connu, « Dancer in the dark », les rapports de force avec la chanteuse Björk ont commencé avant même le tournage. Les équipes racontent que Von Trier maintenait la chanteuse en état de faiblesse perpétuelle et que les affrontements entre elle et lui étaient constants. Suite au mouvement #MeToo, Björk accuse le réalisateur danois de harcèlement moral et sexuel, décrivant la terrible expérience que fut pour elle le tournage de cette comédie musicale sociale. Elle n’a d’ailleurs plus jamais joué dans un long métrage depuis…



William Friedkin

William Friedkin © EPA


Le père du film d’horreur « L’exorciste » a créé sur le plateau de tournage les mêmes effets d’épouvante que dans son film. Afin de rendre la terreur dans le regard des personnages bien réelle, William Friedkin n’hésitait pas à employer des manières pour le moins contestables. Pendant la scène d’exorcisme, le silence est perturbé par une sonnerie de téléphone. Pour surprendre réellement le curé, le réalisateur tira un coup en l’air avec un fusil ! Il fut aussi accusé de violences physiques, giflant et projetant les acteurs contre les murs afin de créer une frayeur plus que naturelle.



David Fincher

David Fincher © EPA


Ce cinéaste primé a réalisé des films tels que « Seven », « Zodiac », « Fight Club » et « L'Étrange Histoire de Benjamin Button ». Enfant gâté du cinéma, il est intransigeant dans ses choix esthétiques, les budgets qu’il réclame et les personnes avec lesquelles il travaille, exigeant la crème de la crème à toutes les étapes de la production d’un film. Sur le tournage de « Zodiac », Robert Downey Jr rapporte son côté disciplinaire. Le réalisateur aurait fait tourner 90 fois la même scène, afin qu’elle corresponde exactement à ses attentes. Disciplinaire et visiblement un peu… capricieux ? Fincher indique en tout cas détester les prestations trop linéaires et qu’un acteur offre un meilleur jeu à partir de la 17ème prise !  



Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans