Ces acteurs qui ont connu la dépression

On croit à tort que ça n’arrive qu’aux autres et puis un jour on s’oublie jusqu’à ce qu’elle nous rattrape. La dépression est une maladie assez sournoise et pas toujours acceptée par l’entourage. Elle touche toutes les couches de la société, on parle de plus de 300 millions de personnes atteintes par cette maladie dans le monde. Heureusement bien comprise, la dépression se traite de mieux en mieux de nos jours et n’est plus un tabou. Penchons-nous sur ces acteurs et actrices qui ont connu la dépression et ont osé en parler.

Owen Wilson

Owen Wilson © Isopix

Owen est un acteur américain d’origine irlandaise, il a connu de nombreux succès au cinéma avec son comparse Ben Stiller que ce soit avec La nuit au musée ou Zoolander, il nous a même surpris dans l’excellent thriller No Escape. L'acteur a produit aussi quelques films, bref une réussite que beaucoup pourraient envier et qui pourtant ne l'a pas empêché de tomber dans la dépression. En 2005, il s’est exprimé à ce sujet au magazine Rolling Stone : " Je remarque qu’en vieillissant, la santé mentale devient aussi fragile que la santé physique. La dépression et ce type de maladies peuvent vraiment vous ébranler. " Fin août 2007, il sera admis au César-Sinai Medical Center de Los Angeles pour ce que beaucoup pensent être une tentative de suicide. L’acteur s’exprimera officiellement par l’intermédiaire de son agent : " Je demande respectueusement aux médias de me laisser recevoir des soins et guérir en privé pendant cette période difficile. " On raconte qu’il trimballe depuis longtemps ses vieux démons avec lui et qu’il pense comme beaucoup à tort pouvoir les affronter avec l’alcool et la drogue.

Courteney Cox

Courteney Cox © Isopix

On ne compte plus les actrices passées par la dépression post-partum. Ce type de maladie voit le jour après un accouchement et est dûe principalement à un bouleversement hormonal auquel vient s’additionner toutes sortes de situations à risques qui peuvent favoriser l’entrée en dépression. Cette maladie touche une femme sur neuf.

Drew Berrymore, Gwyneth Paltrow, Lisa Rinna, Courteney Cox ou encore Hayden Panettiere ont osé en parler lors de leurs interviews. Courteney Cox a décrit ses premiers symptômes à  US Today : " Je suis passée par une période très difficile - pas tout de suite après l'arrivée du bébé mais quand ma fille Coco a eu six mois, je ne pouvais plus dormir, mon coeur battait la chamade... J'étais vraiment déprimée, je suis allée chez le médecin et j'ai découvert que mes hormones étaient complètement détraquées ". Elle a ensuite suivi un traitement à base de progestérone.

Drew Berrymore qui est entrée en dépression après la naissance de sa deuxième fille Frankie en avril 2014, s’était confiée au magazine People : " Je n’avais pas eu de dépression pour ma première fille, je me sentais en pleine forme, donc je n’ai pas compris ce qu’il m’arrivait pour la deuxième. Je me disais : ‘wow, je comprends maintenant de quoi tout le monde parle’. C’était un bouleversement différent, et c’était très dur.

Hayden Panetttiere a raconté à Yahoo Style : " À ce sujet, la plupart des gens n'ont aucune idée de ce dont ils parlent. Tous ceux qui pensent que les mères sont responsables des sentiments qu'elles nourrissent à l'égard de leurs enfants se trompent complètement. C'est l'une des pires choses que vous puissiez ressentir. C'est atroce, déprimant et terriblement culpabilisant ". Le message de toutes ces stars restent le même, c'est tout simplement l'accepter, avoir le courage d'en parler et entreprendre les démarches pour se soigner.

Jim Carrey

Jim Carrey © Photonews

Jim Carrey, c’est l’homme qui vous fait rire, qui dégage à tout moment une image complètement dilettante, un homme différent et qui est totalement lui-même sans se soucier du regard des autres. C’est en tout cas, l’image qu’il transmettait à travers ses films. Cependant, dans la vie de tous les jours, l’acteur a été longtemps victime de dépression qu’il essayait de soigner à bonnes doses de Prozac, sans succès. C’est en travaillant son côté spirituel qu’il a trouvé la voie de sortie de cette maladie mentale qui le rongeait à petit feu. Il a tout simplement compris qu’il devait rester dans une relation de paix et d’amour avec lui-même et les autres. D’un autre côté, il a compris qu’il devait absolument arrêter de vouloir être « quelqu’un » d’important que l’on aime que l’on regarde que l’on apprécie, arrêter de vouloir transmettre une image de lui qui ne correspondait pas à la réalité. Cela développait en lui l’idée que le vrai Jim Carrey n’était pas assez bon pour être montré en public. D’où cette dépréciation de soi et la traversée du chemin vers la dépression. Il a maintenant résolu ses soucis en ayant intégré et compris le fonctionnement de la maladie.

Gillian Anderson

Gillian Anderson © Photonews

Elle formait avec David Duchovny l’un des duos les plus appréciés du petit écran, ils étaient Mulder et Scully dans la série X-Files. À l’occasion de la sortie de son livre 'We : A manifesto for Women Everywhere', il y a plus d’un an, elle a été interviewée par le magazine Guardian auquel elle a confié suivre une thérapie pour soigner une dépression chronique qu'elle traine depuis l’âge de 14 ans : " Il y a eu des périodes où ça allait très mal. Il y a eu des moments dans ma vie où je n'ai plus voulu quitter ma maison. " Gillian Anderson semble savoir pourquoi elle souffre autant mais n’a pas désiré évoquer les raisons de ce mal-être dans son livre. Toujours est-il que l’acceptation de soi est une des premières clés qu’elle développe pour échapper à ses démons. Cela fait directement écho à ce que Jim Carrey expliquait plus haut.

Robin Williams

Robin Williams © Photonews

Il a son étoile sur le Hollywood Walk of Fame, presque tout le mone à au moins vu l'un de ses films : Le cercle des poètes disparus, Will Hunting, Good Morning Vietnam ou encore Madam Doubtfire pour ne citer qu’eux. L’acteur et humoriste américain, Robin Williams, combattait depuis de nombreuses années son addiction à l’alcool et fut un grand consommateur de cocaïne dans les années 70 et 80. Il est plusieurs fois entré en centre de désintoxication pour se soigner. Selon sa dernière épouse Susan Schneider, il avait gagné son combat et était clean depuis un bon moment avant qu’une terrible nouvelle ne l’ébranle. Peu de temps avant sa mort, il a appris souffrir des premiers symptômes de la maladie de Parkinson ce qui l’a à nouveau enfoncé dans une dépression profonde. Il a été retrouvé pendu à une ceinture dans son domicile californien de Paradise Cay en août 2014, il était alors âgé de 63 ans.

Catherine Zeta Jones

Catherine Zeta Jones © Photonews

En 2011, l’actrice britannique, épouse de Michael Douglas annonce avoir été diagnostiquée comme étant maniaco-dépressive, une maladie mentale que l’on nomme aussi trouble bipolaire. Elle se fera hospitalisée durant quelques jours. Elle souhaite que les gens qui sont atteints par cette maladie sachent que l’aide existe. Catherine Zeta-Jones affirme qu’avoir été diagnostiqué a été une sorte de libération qui l’a aidée à mieux apprécier la vie. À nouveau hospitalisée 30 jours préventivement en 2013, elle suivra un traitement strict pour s’en sortir. En parallèle, Michael Douglas a combattu un cancer de la gorge dont il s’est remis. Le couple a pu reprendre le cours normal de sa vie et semble à nouveau filer des jours heureux.

Matt Leblanc

Matt Leblanc © Photonews

Matt Leblanc a joué pendant 10 ans le rôle de Joey Tribianni dans la série Friends qui rassemblait chaque jour des millions de téléspectateurs. Il s’est carrément éclaté pendant toutes ces années aux côté de Jennifer Aniston, Courteney Cox et Matthew Perry. En 2004, c’est la fin des aventures de Friends et le début de la fin pour Mall Leblanc qui entre rapidement en dépression. Il a raconté au journal The Mirror : " Pendant des années et des années, j’ai eu du mal à quitter la maison. J’étais au bout du rouleau, je ne voulais pas tenir de planning, et ne voulais être nulle part. Je n’étais plus en mesure d’aller de l’avant. Mon agent était très ennuyé. Tout le monde dans le métier se demandait ce qu’il se passait. La plupart des acteurs appellent leur agent pour leur demander un rôle. Moi, j'appelais le mien en disant : 'S'il te plaît, oublie mon numéro pendant quelques années'. Ça a été une période très sombre pour moi. Je traversais presque une dépression nerveuse ". Coup du sort, durant cette période, il apprendra également la grave maladie de sa fille (la dyslapsie)  mais c’est justement son amour pour elle qui l’aidera à remonter la pente. Depuis, il avait repris sa carrière en tant qu’animateur sur la télévision britannique de l'émission Top Gear qu'il a quittée récemment. Il poursuit sa carrière d'acteur dans la série de CBS Man With A Plan qui a été renouvelée récemment pour une troisième saison.

Benoit Poelvoorde

Benoit Poelvoorde © Photonews

On sait tous que Benoit Poelvoorde a vécu une période très sombre, il avait même annoncé à l’époque sa retraite du cinéma après être tombé dans une dépression profonde où l’alcool était devenu son meilleur ennemi. L'acteur belge s’était exprimé au journal Libération à ce sujet : " C’est au moment d’Astérix que la dépression est montée. Je ne pouvais même plus entendre les mots  'moteur', 'action'. J’étais pris de panique, de crises de tétanie ". Interné à sa demande dans l’unité psychiatrique du CHR de Namur, il en est vite ressorti pour continuer à travailler. Au journal l’Express, il a expliqué concernant ce court séjour : " Partager le quotidien des autres a été la meilleure des thérapies. Je peux vous dire qu’à côté de leurs problèmes, mes petits soucis d’acteur, ce n’était rien ! "

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans