Carole Bouquet retrouve Michel Blanc dans un éclat de rire

Carole Bouquet et Michel Blanc, c’est une belle histoire de complicité au cinéma. L’actrice revient sur le grand écran dans une comédie réalisée par Michel Blanc : "Voyez comme on danse". La suite des aventures d’un irrésistible groupe d’amis dans "Embrassez qui vous voudrez". En salle le 10 octobre 2018.

Carole Bouquet retrouve Michel Blanc dans un éclat de rire © Photonews


Objet de désirs et de fantasmes chez Luis Buñuel, beauté froide trompée par son mari chez Bertrand Blier, Carole Bouquet a tiré profit de son physique de madone et développé un art de la répartie à toute épreuve. Elle a une classe folle, une présence impériale. On était impatients de la retrouver au cinéma. C’est chose faite, sous la direction de Michel Blanc.

Égérie de Bunuel

Égérie de Bunuel © Isopix


Avant de nous faire rire au cinéma, Carole Bouquet tenait des rôles de beauté mystérieuse et d’héroïne glaciale. Dès 1977, le maître du surréalisme, Luis Buñuel, remarque Carole au Conservatoire de Paris. Il offre à la jeune femme, encore étudiante en art dramatique, le premier rôle féminin dans "Cet obscur objet du désir". Carole Bouquet dira : "C'est avec Buñuel que ma vie a basculé". Elle sera renvoyée du Conservatoire, mais personne ne l’oubliera.

Deux ans plus tard, elle tourne avec un autre grand cinéaste, Bertrand Blier dans "Buffet froid". Carole Bouquet donne la réplique à Gérard Depardieu, dont elle deviendra très proche.

Épouse modèle chez Blier

Épouse modèle chez Blier © Isopix


En 1989, dans "Trop belle pour toi", Bertrand Blier imagine Carole Bouquet en icône sublime, Florence, dont le mari Bernard Barthélémy (Gérard Depardieu) se lasse et succombe envers une femme quelconque, Colette (Josiane Balasko tout aussi bouleversante que Carole Bouquet).

Avec ce rôle d’épouse modèle, chamboulée par la violente passion qui envahit son époux, Carole Bouquet décroche le César de la Meilleure actrice en 1990.

"Trop belle pour toi" reçoit le Grand prix au Festival de Cannes 1989.


Premier film avec Michel Blanc

Premier film avec Michel Blanc © Niviere/Villard/Isopix


En 1994, première rencontre avec Michel Blanc : ensemble, ils tournent “Grosse Fatigue”. Le film, une comédie grinçante sur les travers du succès, est présenté au Festival de Cannes. L’équipe du film monte les marches en grande pompes : Carole Bouquet, Michel Blanc, Philippe Noiret et Josiane Balasko.

Michel Blanc joue le rôle d’un célèbre acteur de cinéma qu’on  accuse d'avoir abusé sexuellement Josiane Balasko, Charlotte Gainsbourg et Mathilda May. Rien que ça ! Les rumeurs rapportent qu’il fait le goujat à Cannes, sème la zizanie chez Régine et accepte même des animations dans des supermarchés, en cachette de son agent. Innocent (il découvrira qu’il a un sosie), Michel demande de l’aide à … Carole Bouquet, qui l’invite dans sa maison du Lubéron.

Scène culte du film, couronnée par une gifle de Carole à Michel : « Dites-donc Carole Bouquet, vous n’auriez pas l’intention de vous taper un comique, par hasard ? »

Cette comédie réalisée par Michel Blanc est écrite en collaboration avec Jacques Audiard, Josiane Balasko et Bertrand Blier.

Deuxième comédie avec Blanc

Deuxième comédie avec Blanc © Photonews


En 2002, Carole remet le couvert avec Michel et on jubile !

Pour son film, « Embrassez qui vous voudrez », Michel Blanc rassemble une formidable équipe d’actrices : Carole Bouquet, Charlotte Rampling, Karin Viard, Clotilde Courau, Lou Doillon, et d’acteurs : Jacques Dutronc, Denis Podalydès et lui-même, puisque Michel Blanc incarne le mari jaloux de Carole, alias Lucie.
Sur un tempo enlevé (les répliques claquent, les chassés croisés ont de la tenue) Carole Bouquet s’en tire haut la main. On se souvient de Carole et de ses copines au Touquet, trinquant au Champagne ou médisant sur leurs conjoints : « J’aimerais bien avoir un orgasme masculin ! »

Un scénario tiré au cordeau, des personnages riches et loufoques : « Embrassez qui vous voudrez » fait mouche.

"Voyez comme on danse"

"Voyez comme on danse" © Cinéart


En 2018, Carole Bouquet a passé le cap de la soixantaine et continue de s’amuser à l’écran.

Michel Blanc, qui a écrit la suite de son succès, "Embrassez qui vous voudrez", la recontacte. Dans "Voyez comme on danse", on retrouve avec bonheur le trio Carole Bouquet (Lucie), Charlotte Rampling (Elizabeth) et Karin Viard (Véro) dans la tourmente.

Véro n’a plus de boulot. Le mari d’Elizabeth est en prison. Lucie vit avec Julien, un névrosé lourdingue (Jean-Paul Rouve). Elle a divorcé de son mari parano (Michel Blanc, qui fait quelques apparitions fantasques). Comme son fils, (William Lebghil), va devenir père avec la fille de Véro (Karin Viard), les choses se compliquent. En plus, il y a une maîtresse (Sara Martins) dans les parages…

Si le plaisir de revoir les protagonistes d’"Embrassez qui vous voudrez" est bien réel au début, la comédie se perd peu à peu dans les méandres d’un scénario trop mou. Qu’importe ! Carole y est, comme d’habitude, cinglante et géniale.
"Voyez comme on danse" sort en salle le 10 octobre 2018.


Lisez aussi l'interview de Michel Blanc pour "Un petit boulot"

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans