Bouli Lanners, du film intimiste à la comédie grand public

Tendre, bourru, gangster au grand cœur, flic ripoux… Depuis une vingtaine d’années, Bouli Lanners trace son sillon sur les routes du cinéma francophone. Les longs-métrages dans lesquels il a joué varient du film de gangster, en passant par le drame intimiste, à la comédie grand public. Retour sur ses prestations d'acteur.

Bouli Lanners, du film intimiste à la comédie grand public © Belga image


Après des études aux Beaux-Arts de Liège, Bouli Lanners devient régisseur sur les tournages des Snuls. C'est avec cette joyeuse troupe qu'il s'essaie à la comédie et y prend goût. Parallèlement au jeu, Bouli écrit ses propres scénarios. Acclamé en tant que réalisateur, Bouli Lanners est aussi un comédien très demandé au cinéma. Avec ceux qu’il apprécie, il tourne régulièrement, que ce soit Albert Dupontel ou Gustave Kervern et Benoît Delépine.

Vous aimez Bouli Lanners?
Découvrez cet acteur en flic ripoux dans "Tueurs", disponible dans le Movies & Series Pass de Proximus TV dès le 10 novembre.

Les années 1990-2000

Les années 1990-2000 © Artémis Production


Dans les années 90, Bouli Lanners fait ses débuts comme acteur au cinéma. Il surgit en gangster dans "Toto le héros" de Jaco Van Dormael. Suivent d’autres petits rôles dans "Arlette" de Claude Zidi ou "Les convoyeurs attendent" de Benoît Mariage.

En 2005, on découvre une facette sombre de Bouli Lanners dans "Bunker Paradise" de Stefan Liberski. Un film sur les déboires d’une jeunesse perverse, lucide et sarcastique. Une scène marquante du film : David d'Ermont de Viard (Bouli Lanners) se dandine et chante lors d’une fête de gosses de riches totalement débauchés.


La bande de Kervern et Delépine

La bande de Kervern et Delépine © Isopix / Everett Collection


Dans les années 2000, Bouli Lanners tisse des liens artistiques et amicaux avec les Français Gustave Kervern et Benoît Delépine. En 2004, les cinéastes à l’humour décalé lui offrent un petit rôle de chanteur dans leur film en noir et blanc, « Aaltra ». Regardez l’extrait vidéo, où l’acteur belge reprend le tube de Boney M, « Sunny - one so true, I love you »... Formidable !


Deux ans plus tard, Bouli est un collectionneur dans « Avida ». En 2008, le Belge retrouve les réalisateurs sur le plateau de « Louise-Michel » et donne la réplique à Yolande Moreau et Benoît Poelvoorde.

Il est recruteur dans "Mammuth" (2010) avec Gérard Depardieu, un héros prolo, Isabelle Adjani et Yolande Moreau. Uis Bouli apparait dans "Le Grand Soir" (2012) avec Poelvoorde et Albert Dupontel.

Sous la direction d’Albert Dupontel

Sous la direction d’Albert Dupontel © Isopix


L’humour absurde et l’univers d’Albert Dupontel plaisent également à Bouli Lanners, qui collabore à plusieurs de ses longs-métrages. En 2006, Dupontel lui propose un rôle d’immigré loufoque dans « Enfermés dehors ». Bouli alias Youssouf, y retrouve sa compatriote, Yolande Moreau. Extrait.



En 2009, Bouli participe aussi au tournage du film de Dupontel, « Le Vilain ». Puis il joue un flic dans la comédie "9 mois ferme" (2013) avec Sandrine Kiberlain et Albert Dupontel.

Les premiers, Les Derniers

Les premiers, Les Derniers © Isopix


Dans le film "Les Premiers, les Derniers" (2016) qu’il écrit et réalise, Bouli Lanners choisit Albert Dupontel comme partenaire à l’écran. Les amis sont encore une fois formidables en voleurs au cœur tendre. Errant dans un paysage de fin du monde, ils prennent part à un jeu de cache-cache entre gentils, méchants et… Jésus.

Lisez l’interview que Bouli nous a accordé pour "Les premiers, Les Derniers"


Grosses prods

Grosses prods © Isopix/ Pathe Films /Everett Collection


Les films d’auteurs, c’est chouette. Mais les grosses productions, ça paie mieux ! Bouli Lanners est régulièrement à l’affiche de films commerciaux : « Un long dimanche de fiançailles » (2004) de Jean-Pierre Jeunet, puis « Astérix aux Jeux Olympiques » (2007, photo) de Frédéric Forestier et Thomas Langmann, dans lequel il joue Samagas, avec Delon et Poelvoorde.

En 2012, Bouli fait encore partie du casting des stars de « Astérix et Obélix : Au service de sa Majesté », Gérard Depardieu, Edouard Baer, Guillaume Gallienne, Vincent Lacoste, Valérie Lemercier, Fabrice Luchini, Catherine Deneuve et Dany Boon.

Chez Dany Boon

Chez Dany Boon © Isopix / Collection Christophel


Revoici Bouli face à Poelvoorde dans la comédie de Dany Boon, « Rien à déclarer » (2011). Extrait de la scène du restaurant, avec la blague des Belges et celle des Français. Une tablée de douaniers bien remontée !


En 2014 arrive une autre grosse production pour Bouli Lanners, qui apparait dans « Les vacances du Petit Nicolas » de Laurent Tirard. Il y joue M. Bernique.

Amoureux

Amoureux © Isopix


Dans ce magnifique film signé Sólveig Anspach, une femme erre, après avoir quitté son mari et ses enfants. Cette femme au bout du rouleau rencontre plusieurs personnages bienveillants, dont Charles Castanaud, merveilleux Bouli Lanners qui dévoile sa tendresse à l’écran, dans le rôle d’un repris de justice amoureux.
L’un des plus beaux rôles de Bouli Lanners, face à une Karin Viard vibrante.

Lisez le dossier sur les films de Karin Viard


Un Magritte d'acteur

Un Magritte d'acteur © Belga image


Bouli est récompensé par un Magritte du Meilleur acteur dans un second rôle pour "De rouille et d'os" le film de Jacques Audiard, César du meilleur scénario en 2013.

La même année, sort un autre film dans lequel Bouli excelle, "11.6" un thriller de Philippe Godeau, inspiré de l'histoire de Toni Musulin (François Cluzet) un convoyeur de fonds mêlé à une affaire de détournement. Bouli Lanners endosse le rôle d'Arnaud, convoyeur et collègue de Toni.

Premier rôle

Premier rôle © Isopix/Tarantula


En 2015, Bouli Lanners joue dans le film de Guillaume et Stéphane Malandrin, « Je suis mort mais j’ai des amis ». En 2016, on voit passer Bouli en routier dans « Grave » de Julia Ducournau.

La réalisatrice Savina Dellicour propose un premier rôle à Bouli dans « Tous les chats sont gris », celui de Paul, un détective privé. De ce personnage, l’acteur dit : « Ce qui m’a séduit à la lecture du projet, c’est le rôle de Paul, dont la paternité qu’il n’a jamais eu l’occasion d’assumer se dévoile à l’âge où on fait le bilan de sa vie. Je trouvais cela intéressant de voir comment ce mec un peu bougon et maladroit s'y prend avec sa fille de 15 ans. »

Un film coproduit par Proximus. Lisez l’interview complète de Bouli Lanners pour ce film

Docteur puis dresseur

Docteur puis dresseur © Isopix


Bouli Lanners porte la blouse blanche de médecin dans « Réparer les vivants » de Katell Quillévéré (photo, avec Tahar Rahim). Ensuite, il apparait dans "Petit Paysan" d'Hubert Charuel.

En 2018, on adore le personnage du dresseur de chien, campé par Bouli Lanners dans le film de Samuel Benchetrit, « Chien ». Bouli donne des leçons de dressage à un chien, alias Vincent Macaigne, abandonné pr sa femme (Vanessa Paradis). Epique !


Flic véreux en 2017

Flic véreux en 2017 © Versus Prduction / Jo Voets


Mauvais flic dans « Tueurs » réalisé par François Troukens et Jean-François Hensgens, Bouli Lanners glace les sangs, face à une collègue intègre (Lubna Azabal) qui tient absolument à lever le voile sur l’affaire des Tueurs du Brabant.

“Tueurs”: regardez le making-of du film de François Troukens, coproduit par Proximus.

Regardez le film "Tueurs" dans le Movies & Series Pass de Proximus TV dès le 10 novembre.


Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans